Bruxelles
Bruxelles © CC Another VLL

Les députés français planchent sur le projet de loi du "mariage pour tous", un débat passionné, viscéral, qui divise bien au delà des clivages politiques. Chez nos voisins Belges, le mariage homosexuel a été adopté il y a tout juste dix ans... Sans faire de vagues.

Le texte a été adopté le 30 janvier 2003 à une très large majorité à la chambre des représentants. Pas d'empoignades parlementaires, pas de manifestations monstres, le débat est resté feutré.

Contrairement aux français, attachés au débat, les belges cultivent l'art du compromis et la question du mariage gay n'a pas fait exception. Il faut dire que le contexte politique de l'époque était favorable à ce vent de réformes. Les partis démocrates chrétiens -affaiblis par l'affaire Dutroux et le scandale de la dioxine- venaient de perdre le pouvoir au profit d'une coalition socialiste, écologiste et libérale.

Une église relativement modérée

Les évêques de Belgique ont simplement rappelé que l'Eglise était opposée au terme de "mariage", mais qu'elle comprenait la volonté des couples homos d'accéder à une forme d'union reconnue par la société. Selon le sociologue David Paternotte, L'adoption de ce texte en France aurait également une portée bien plus symbolique qu'en Belgique.

L'adoption encore difficilement accessible aux couples gays

Contrairement à la France, la Belgique a fait le choix de dissocier la loi sur le mariage de celle sur l'adoption, ouverte aux homosexuels seulement trois ans plus tard. Depuis, 300 personnes ont pu adopter l'enfant de leur conjoint(e), mais dans les faits, l'adoption reste compliquée pour les couples gays. Seuls une cinquantaine d'enfants nés en Belgique ont été confiés à des couples de même sexe. Les couples de lesbiennes privilégient toujours la PMA, légale depuis 30 ans en Belgique. Et comme en France, la Gestation Par Autrui (GPA) repose sur un vide juridique. Certaines associations réclament un véritable cadre législatif.

Un reportage de Sébastien Sabiron

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.