C'est un aspect oublié de 14-18. Les millions de tonnes d'obus tirés pendant 4 ans - il y a un siècle - imprègnent encore les terres du Nord et de l'Est de la France.

Tir en cours
Tir en cours © Radio France/Béatrice Dugué

Munitions classiques, explosives, mais aussi munitions chimiques. Cette empreinte va marquer notre environnement pour longtemps encore.

Pourtant à la fin de la guerre, des centaines de milliers d'hectares de champ de bataille ont été neutralisés, dans cee qui a été baptisée la zone rouge. Les terres cultivables ont été rendues assez vite aux cultivateurs, dans les années 20, par nécessité et impuissance.

Obus de 14-18
Obus de 14-18 © Beatrice Dugué

Ils reste donc des millions de munitions enfouies avec tous leurs déchets métalliques.

Moins de 2% des obus de la guerre 14-18, étaient chimiques. Sur des millions, ça fait beaucoup quand même. 100 ans après, ces engins ne sont toujours pas traités aujourd'hui en France. Une usine est même en construction à Mailly le Camp.

Un reportage de Béatrice Dugué

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.