Aujourd’hui on se promène dans les bois pendant que le loup n’y est pas, avec le numéro double de Télérama « spécial forêt ».

Télérama, qui ne manque pas de nous rappeler les vérités biologiques. À savoir que la matière végétale est aux origines de la vie, que sans arbre, pas d’oxygène et pas d’humus, donc pas de terre, donc le désert. Que la déforestation de l’Amazonie hier, et du Congo aujourd’hui, menace 90% de la diversité biologique, et la survie de l’Homme par la même occasion.

Mais une fois ces messages alarmistes lâchés, Télérama a préféré ne pas sombrer dans la déprime, pour se laisser aller à l’émerveillement.

On apprend ainsi qu’il existe des historiens de la forêt, comme Martine Chalvet par exemple. Qui nous dit que la forêt est depuis toujours un sujet et un enjeu idéologiques. Que les groupes humains se sont toujours affrontés autour de la forêt et de ses bois.

Et Martine Chalvet de déconstruire les mythes : il existe une forêt en pleine croissance, qui a doublé sa surface en un siècle, et il s’agit de la forêt française. Et oui ! Mais elle est malheureusement très mal entretenue.

Télérama nous embarque ensuite sur l’île de Yakushima une petite île au sud de l’archipel nippon, à une soixantaine de kilomètres des côtes. Une île surnommée « les Alpes flottantes » qui a tout d’une éponge : les sommets attirent les pluies et sont recouverts d’une épaisse forêt. On y trouve les fameux « sugi », des conifères millénaires.

Yakushima, ce sont les bois du bout du monde, un lieu de rêve et de mystère dont Miyazaki se serait inspiré pour Princesse Mononoké .

Télérama « spécial forêt » donc, où l’on apprend, avec l’historien de l’art Étienne Hamon, que la forêt constitue un répertoire de formes pour l’architecture, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. On passe par les Églises gothiques, l’ornementation de certains bâtiments civils européens, la poussée naturaliste de l’Art nouveau. Et aujourd’hui, par une énième apparition forestière dans l’architecture contemporaine, avec entre autres le Pavillon Noir à Aix-en-Provence ou encore le stade Olympique de Pékin.

« Télérama Spécial » n’oublie ni les légendes, ni les luthiers, ni les artistes, ni les nouveaux riches.

Maléfique, vivante, initiatique, ludique, architecturale, musicale, picturale (…) la forêt est partout.

C’est un dossier passionnant à retrouver dans le numéro double de Télérama , intitulé « l’appel de la forêt ».

À vos kiosques !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.