Aujourd’hui, le mensuel Rue89 de l’été.

Et si vous êtes en vacances et que vous les passez à l’hôtel, cet article devrait vous intéresser : c’est un papier de Mark Watkins, le président-fondateur du Comité pour la modernisation de l’hôtellerie française.

La France, vient de réformer son classement hôtelier, celui qui attribue les étoiles des hôtels, de une à cinq aujourd’hui.Tout le monde croît qu’il s’agit d’une distinction qui correspond à la qualité des hôtels.En fait pas du tout.Les étoiles sont seulement un attribut administratif qui donne des indications de surfaces et d’équipements. Rien à voir donc avec la qualité ! Il y a des 5 étoiles mauvais et des une étoile sans reproche. On aurait pu penser avec la réforme du classement hôtelier de 2009, que le ministère en charge du Tourisme et de la consommation allait faire dans l’excellence.Nous pensions mal. D’abord pas un seul client n’a été interrogé. Ensuite la nouvelle grille passe d’une quarantaine de critères à respecter auparavant à 200 critères aujourd’hui très très peu regardant.Ainsi, les hôtels une ou deux étoiles ont la possibilité de flirter avec un minimalisme digne d’une cellule monacale. Qu’on en juge : elles peuvent n’avoir ni salle de bains ou douche, ni toilettes, ni téléphone. Tout avec une surface de 8 mètre carrés !Ensuite le système d’attribution des étoiles est aussi très loufoque : il fonctionne avec un système de point. Du coup, un hôtel sale n’est pas éliminatoire pour afficher des étoiles. Le fait de disposer d’un billard au sous-sol, d’un cours de tennis, d’un chariot porte-bagages et d’un personnel baragouinant une langue étrangère compenseront l’infamie !Et pour finir, désormais les contrôles sont confiés à des cabinets d’audit, choisis par les hôteliers, qui les paient eux-mêmes pour être contrôlés dans la procédure d’attribution des étoiles. Pas mal dans le genre conflit d’intérêts."Voilà, j’arrête l’article ici, ça doit être cela l’exception culturelle française ! Reste plus qu’à viser les Palaces si on ne veut pas finir dans un taudis !

Ce papier est à lire dans le numéro été de Rue89 ; Un numéro spécial « Parlons de sexe autrement !

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.