A la conférence internationale sur le SIDA à Rome, le professeur Bertrand Auvert a présenté les résultats du premier programme de circoncision qui s'est déroulé en Afrique du Sud. Cette pratique semblerait baisser le risque de contamination au virus de 60% pour un homme.

De ce fait, plusieurs pays d'Afrique se lancent dans une campagne pour la circonsision qui a en ce moment même un vrai succès.Est-ce une solution? La réponse semble négative. En effet, le risque de contamination pour les hommes est effectivement amoindrit, mais le risque est toujours présent un peu plus chaque fois que le pénis y est exposé ; ce que ne savent pas forcément ces hommes qui se font circoncir.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.