Ainsi les parents d’Amy Winehouse s’attendaient à la mort de leur fille. En 2008, son père disait déjà : « ma plus grande crainte est qu’Amy ne meure d’une overdose...Elle finira par se tuer si elle n’arrête pas l’alcool et la drogue ». La mère de la chanteuse, avouait, de son côté, s’attendre tous les jours au décès de sa fille.Quant au père du tueur d’Oslo, il déclarait avant-hier : « Il aurait dû finir par se donner la mort plutôt que de tuer tant de personnes ».Comment se sent cet ancien diplomate retiré dans le Sud de la France ? Coupable ? Complice ? Honteux ? Etranger à cette tragédie ?Que se passe t-il quand ce qu’il est communément appelé « fruit de vos entrailles » est une toxico irrécupérable ou un meurtrier sans complexe ?Avoir un enfant n’est plus le fruit du hasard, mais celui de la volonté. Ecrasante responsabilité : de celui qui viendra au monde et qui n’a pas demandé à naître, nous serons comptables jusqu’à la mort. L’enfantement engage les « géniteurs » et/ou « parents » à jamais.Alors quoi de plus énigmatique que le désir d’enfants ?Pourquoi fait-on des gosses ?Pour toutes sortes de mauvaises raisons en fait. Se rassurer, se prolonger, réussir à travers eux ce qu’on a raté.Ah, si les adultes ne s’attachaient pas à faire de l’enfance un enfer sur terre.

« Les enfants sont comme des lapsus, si on savait pourquoi on les faisait, on ne le ferait pas ! » disait le nihiliste Roland Jaccard.

Dans le fond, pourquoi se méfier de ceux qui ne veulent pas faire d’enfants, alors même que ce sont les seuls à faire un choix rationnel ?La contraception aura au moins permis de démocratiser la stérilité. Et si, tout simplement, on arrêtait de se reproduire ?

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.