Abd al Malik 2
Abd al Malik 2 © BCF / BCF

Abd Al Malik est un rappeur bibliophile.

Voilà des années qu’il « dévore » littéralement les livres.

Ses auteurs fétiches s’appellent Aimé Césaire, Gilles Deleuze ou encore Raymond Carver.

Il a même intitulé l’un de ses albums Dante , parce que l’auteur de La Divine comédie avait choisi à l’époque d’écrire en toscan plutôt qu’en latin, afin que le livre soit accessible au plus grand nombre…

Et puis il y a Albert Camus, un écrivain dont les textes lui collent à la peau et à la plume. Parmi eux, L’Etranger , bien sûr, La Chute , mais surtout L’Envers et l’endroit , le premier ouvrage de l’auteur, paru en 1937.

C’est un recueil d’essais, ou plutôt de nouvelles, dédié à Jean Grenier, l’ami intime de Camus qui était aussi son ancien professeur de philosophie au lycée d’Alger. C’est lui qui a fait découvrir à son élève l’amour des livres.

Alger, c’est aussi la ville où la majorité de ces textes prend racine… Au travers de réflexions sur la joie, le désespoir et l’amour, la vie et la mort, Camus dessine une véritable carte de lecture de toute son œuvre à venir…

D’ailleurs, en 1958, juste après avoir reçu le Prix Nobel de Littérature, il écrit dans la préface à la seconde édition que L’Envers et l’endroit est « sa source unique », le miroir dans lequel il se reconnaît.

Pour Malik aussi, c’est une source, un miroir, et c’est même le classique par excellence…

Il m’a donc donné rendez-vous un matin dans un café, pour me parler de L’Envers et l’endroit d’Albert Camus. Mais avant d’ouvrir le livre, on a parlé de son ouvrage à lui, Le Dernier français , paru récemment aux éditions du Cherche Midi… Et justement, à la page 149, entre une digression sur la foi et un souvenir d’enfance, Malik évoque son maître absolu…

Evénement(s) lié(s)

Camus par Abd al Malik au Grand Théâtre de Provence

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.