On estime aujourd’hui à 12 000 le nombre de jeunes Français radicalisés au nom de l’islam.

Adolescent fixant un écran d'ordinateur
Adolescent fixant un écran d'ordinateur © Getty / Jo McRyan

Profils sociologiques très disparates, classes populaires, moyennes, filles et garçons, de culture musulmane mais aussi 40% parmi eux de culture catholique ou athée. Une seule certitude : leur jeunesse ; ils ont tous entre 15 et 25 ans.

Comment comprendre, dans notre société sécularisée, les ressorts psychiques de ces adolescents ou post-adolescents qui trouvent un sens à leur existence dans cet idéal mortifère de la radicalisation ? Que se passe-t-il dans cette période de la vie ? De quelle manière l’offre djihadiste parvient-elle à s’engouffrer dans ces failles adolescentes ? Quelles sont les racines inconscientes de la religion ? Et que répond à cela, la psychanalyse ?

Samia a 16 ans. Une vie d’adolescente ordinaire en banlieue parisienne dans une famille tout aussi ordinaire avec ses sœurs et ses parents d’origine marocaine. Ordinaire jusqu’au jour où, à la faveur d’une immense humiliation, ses parents vont entrer en religion. Insupportable pour Samia, qui commence à fuguer, à multiplier les comportements transgressifs et à développer un athéisme radical. Jusqu’au jour où les services de protection de l’enfance l’adressent à Fethi Benslama, invité de « N’est pas fou qui veut » aujourd’hui.

LES ASSOCIATIONS LIBRES, bibliographie sonore :

Extraits de :

- Malaise dans la civilisation, Sigmund Freud, 1930.

- Le Royaume, Emmanuel Carrère, 2014, ed. POL.

SUR LE DIVAN :

Le témoignage sur la psychanalyse de l’écrivaine Chadhortt Djavann.

PROGRAMMATION MUSICALE :

-« _Sunset love_r », Petit biscuit, 2016, Petit biscuit inc.

La boulette », Diam’s, 2006, Delabel.

Etoiles et revers », Dani, 2016, Universal.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.