Cette semaine, on vous fait découvrir l'univers des fanfilms de jeux vidéo, avec la sortie d'un joli court-métrage basé sur l'un des jeux les plus austères de ces vingt dernières années. Et notre vidéo de la semaine nous emmène sur les traces d'un youtubeur qui a trouvé la voie.

"Papers Please", un court-métrage adapté d'un "simulateur de bureaucratie soviétique"
"Papers Please", un court-métrage adapté d'un "simulateur de bureaucratie soviétique" © Nikita Ordynskiy / YouTube

Vos papiers, SVP

Le jeu vidéo et le cinéma sont deux univers qu'on pourrait penser très proches, mais qui sont finalement très éloignés. Le passage de l'un à l'autre n'est pas toujours simple, il suffit de voir la proportion de très mauvaises adaptations de jeux vidéo sur grand ou petit écran (on vous recommande d'ailleurs de regarder l'excellente chronique vidéo Crossed sur ce sujet).

Heureusement, Internet est là, et comme les logiciels de montage et d'effets spéciaux sont devenus un luxe de plus en plus accessible à tous, les fans des jeux se sont souvent emparés de leurs univers pour réaliser ce qu'on appelle des fanfilms, des courts-métrages adaptant (le plus souvent) les jeux les plus célèbres et les plus impressionnants : "Zelda", "Assassin's Creed", "Street Fighter", "Portal", "Metroid", "Skyrim" ou même "Pokémon"... Plus un jeu ressemble à un blockbuster, plus son univers est ambitieux, plus il y a de chances de trouver des réalisateurs et des acteurs qui voudront s'amuser à le rejouer et à y raconter des histoires.

Mais de temps en temps, certains fans partent dans la direction opposée. Après tout, s'il y a des grosses productions au cinéma et des grosses productions dans le jeu vidéo, pourquoi ne pourrait-on pas adapter des jeux plus sobres, plus subtils, et en faire des films d'arts et essai ? C'est le cas d'un court-métrage sorti cette semaine et réalisé par un fan du jeu "Papers Please", un "simulateur de bureaucratie" où l'on doit tamponner des passeports pour autoriser ou non des demandeurs d'asile à rejoindre l'autre côté d'un pays divisé par une guerre civile.

Le jeu avait évidemment un message à faire passer, puisque derrière son aspect visuel austère et son côté volontairement répétitif, il poussait le joueur à réfléchir à sa condition de rouage dans un système qui broie sa propre population et plus largement au fonctionnement des régimes totalitaires...

Une ambiance grise et glauque parfaitement respectée dans le court-métrage, et pour cause : enthousiasmé par le projet, l'auteur du jeu s'est notamment impliqué dans l'écriture du scénario du court-métrage. Phénomène assez rare puisqu'en général, les développeurs de jeu regardent les fanfilms avec une certaine méfiance quand ils ne font pas tout pour les interdire.

► REGARDER | Le court-métrage "Papers, please" (pensez à activer les sous-titres si vous n'êtes pas russophone)

Du coup, on se prend à rêver qu'avec son univers tout gris et très sérieux, "Papers Please" devienne la première adaptation de jeu vidéo à être accueillie triomphalement à Cannes ou aux Césars. Pourquoi pas ?

(L'autre) vidéo de la semaine : Mathieu Sommet et la voix de la Vérité

C'est une nouvelle web-série très prometteuse, que l'on doit à l'excellent Mathieu Sommet, célèbre youtubeur qui s'était retiré du monde des vidéastes il y a plus d'un an et qui revient avec "YouTube Hero". Il y joue, justement, un célèbre youtubeur qui s'est retiré du monde des vidéastes. Sept épisodes sont prévus et on rigole déjà beaucoup avec le premier.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.