homme connecté
homme connecté © corbis

En ce début d’année, on s'intéresse aux innovations qui vont investir notre quotidien. Année 2015, année... non, pas érotique, mais connectée. Nous le sommes déjà tous plus ou moins avec notre smartphone, notre ordinateur, notre tablette. Mais il y a un phénomène qui prend de l’ampleur, ce sont les objets connectés. Ou l’internet des choses.

Léon vit en 2020 - suivez son quotidien connecté

Le quantified self

Imaginez une brosse à dent électrique basique sur laquelle on a rajouté des petits capteurs qui permettent d’enregistrer votre temps et votre fréquence de brossage, les zones de votre bouche qui n’ont pas été correctement nettoyées, etc. Toutes ces données vont être stockées sur votre smartphone et consultables via une application. Une chose connecté, c’est un objet banal que l’on a relié à internet. Quel intérêt ? Et bien leur principale fonction, c’est de collecter des informations. C’est ce qu’on appelle le "quantified self", ou sans anglicisme barbare, la mesure de ses données personnelles. En 2015, les objets connectés vont investir plusieurs domaines de notre quotidien.

Ecoutez Joel de Rosnay, futurologue et conseiller de la Présidente de la Cité des Sciences et de l'Industrie.

Un business de 2000 milliards de dollars

L’internet des choses, c’est un véritable business. En 2020, il pourrait générer 2000 milliards de dollars. On compte aujourd’hui 15 milliards d’objets connectés, c’est 2 fois plus que la population mondiale. Et dans 5 ans, il pourrait y avoir 200 milliards de ces petites choses sur notre planète.

Ces chiffres en inquiètent déjà déjà plus d'un.Alors nous avons demandé à Benoit Thieulin, président du Conseil national du numérique et directeur de la Netscouade, si nos peurs de ces objets étaient légitimes...

Dans ce tas d’objets connectés, il y a des choses utiles comme, on l’a vu, dans ledomaine de la santé par exemple. Et puis il y a des objets tout à fait gadgets, voire même farfelus, qui ne resteront probablement pas sur le marché.

Connexion parfois gadget

On trouve par exemple un porte-papier toilette connecté qui vous envoie un sms quand le rouleau est presque fini. Ou encore la couche connectée qui vous envoie un texto quand il est temps de changer votre bébé. Enfin, il y a le soutien-gorge connecté., une invention japonaise, nommé True Love Test.

Ce sous-vêtement ne se décroche que lorsque la femme est vraiment amoureuse de l’homme en face d’elle. En réalité, c'est une nouveauté douteuse car les petits capteurs de ce soutien-gorge ne calculent en réalité que votre fréquence cardiaque.

google car
google car © Radio France

En bref, on invente un peu tout et n’importe quoi pourvu que ce soit à la mode et donc connecté. Mais parmi les inventions qui pourraient fonctionner, il y a par exemple, la Google Car qui devrait débarquer dans les rues cette année. Cette petite voiture n'a pas besoin de conducteur.. Elle est munie d'un radar laser et coûte pour l'instant au moins 200 000 dollars.

Une autre invention, toujours dans l’automobile, c’est le coffre connecté qui pourra réceptionner vos colis. Avec un système de fermeture automatique intégrée, vous pourrez vous faire apporter vos achats directement dans votre voiture, sans être obligé d’attendre le livreur.

La robolution

Une autre innovation qui fera sûrement partie de notre quotidien dans les prochaines années, ce sont les robots. A la Cité des Sciences, le petit robot Nao fait la visite de l'exposition Art Robotique, ouverte jusqu'à dimanche 4 janvier. L'événement présente des innovations robotiques utilisées par des artistes.

Reportage sonore à la Cité des Sciences

Diaporama photo des robots

robot pepper
robot pepper © corbis
Certains parlent d'une robolution dans les prochaines années. Au Japon déjà, Pepper, un petit humanoïde d'1,20 mètre, parle 17 langues et peut vous tenir compagnie et discuter avec vous pendant 12 heures. Il écrira peut-être la prochaine chronique Net Plus Ultra.
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.