Cette semaine, on découvre la fonction "Art Selfie" qui vous permet d'identifier votre sosie dans une tableau parmi des dizaines de milliers, on écoute une enquête façon polar sur la transmission d'une IST, et on explore sous un angle scientifique les secrets du cinéma.

L'appli Google Art & Culture vous permet de comparer votre selfie à des oeuvres d'art (ici, le "Museum of Selfie" de Los Angeles)
L'appli Google Art & Culture vous permet de comparer votre selfie à des oeuvres d'art (ici, le "Museum of Selfie" de Los Angeles) © AFP / Robyn Beck

Google Art Selfie vous trouve un alter ego artistique

Vous avez sûrement déjà vu passer ce genre d'images il y a quelques mois, pendant la phase de test du dispositif aux Etats-Unis : la fonction Art Selfie de Google est disponible partout dans le monde depuis mardi. Elle permet de se prendre en selfie, puis, quasi-instantanément, de découvrir quels personnages présents sur des tableaux vous ressemblent le plus. Pour chaque selfie, cinq portraits vous sont proposés, accompagnés d'un taux de ressemblance (souvent entre 50 et 60%). 

Ce dispositif a été entièrement développé en France par les équipes de la division Art & Culture de Google, basée à Paris. Sa clé de voûte, c'est l'intelligence artificielle : le système est capable de chercher les ressemblances avec plusieurs dizaines de milliers de portraits, parmi les centaines de milliers d’œuvres d'art numérisées par des institutions culturelles partout dans le monde grâce au projet Google Art & Culture, lancé en 2011.

"L'algorithme est issu de l'apprentissage des machines. Il est exécuté sur l'appareil pour essayer de trouver des visages, dans les portraits, qui vous ressemblent, qui partagent des caractéristiques", explique Cyril Diagne, artiste en résidence chez Google, qui a supervisé le projet. "Lorsque la fonctionnalité a été lancée aux Etats-Unis, une personne a vu le portrait de sa grand-mère dans l'application ressortir quand il a pris un selfie", raconte-t-il. 

L'idée de cet outil, c'est en réalité de faciliter l'ouverture à l'art. Pour chaque tableau auquel vous êtes identifié, vous avez la possibilité de découvrir la fiche détaillée de l'oeuvre, et de savoir où la voir en vrai. Résultat : certains utilisateurs ont poussé le jeu jusqu'à aller à la rencontre de leur alter ego artistique au musée, pour faire, cette fois-ci, un vrai selfie avec le tableau. 

Le podcast de la semaine : "Qui m'a filé la chlamydia ?"

Le titre de ce podcast dit précisément ce dont il est question dans cette série réalisée par la journaliste Anouk Perry pour le studio Nouvelles Écoutes : l'histoire qu'elle raconte à la première personne commence par un SMS envoyé par un amour de vacances, dans lequel celui-ci annonce qu'il a été dépisté positif à la chlamydia, une infection sexuellement transmissible.

Après dépistage le verdict tombe : elle aussi a été infectée. S'en suit une enquête en plusieurs épisodes pour savoir qui a bien pu lui refiler cette infection, avec des rebondissements façon polar. C'est aussi didactique et intéressant que drôle et bien écrit, et tous les épisodes sont désormais disponibles à l'écoute. 

La vidéo de la semaine : "Scinéma"

Sur la chaîne YouTube "Scinéma", il est question de décrypter les classiques du ciné sous un angle parfaitement empirique et scientifique. Comment Mary Poppins peut-elle ainsi défier les lois de la physique et voler avec son parapluie ? Comment filmer des hobbits tout petits quand on a sous la main des acteurs d'1,80m ? Ou encore, quelle est la puissance électrique de la force déployée par Yoda dans Star Wars ? Les explications sont souvent complexes mais bien détaillées et toujours fascinantes. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.