Le drapeau grec
Le drapeau grec © REUTERS/Alkis Konstantinidis / REUTERS/Alkis Konstantinidis

C'est l'objectif d'une collecte lancée sur la plateforme de financement participatif KissKissBankBank. Une robe dont la couleur rend fou les internautes, le nouveau coffre-fort numérique du Monde... C'est Net plus ultra, la chronique des nouveaux médias.

Un collectif qui se fait appeler Interdemos, traduction : entre les peuples, a lancé une collecte sur la plateforme de financement participatif KissKissBankBank. Dans ce collectif, il y a des écrivains comme Marie Cosnay, des réalisatrices comme Sophie Wahnich mais aussi des activistes comme Philippe Aigrain. Philippe Aigrain, vous vous en rappelez peut-être, nous en avions parlé dans Net plus Ultra il y a quelques semaines est un des co-fondateurs de la Quadrature du net, une association active dans la défense des libertés sur Internet. À la fin de l’année dernière, Philippe Aigrain avait réussi à sauver son association grâce à un appel aux dons. Même canal mais un nouvel objectif : aujourd’hui, il demande 300 000 euros pour, je cite, “soulager le peuple grec des mesures d’austérité imposées par l’Europe”. En gros, financer des initiatives locales, des initiatives participatives avec un but : se substituer à la défaillance des services sociaux de l’État :

Soutenir “des actions de solidarité sociales de terrain”. Quelques exemples : des distributions de nourriture, des cours privés pour les plus pauvres, du conseil juridique, du soutien aux populations migrantes… Toutes ces initiatives sont rassemblées au sein de l’organisation “Solidarity for All.” C’est elle qui récupérera les fonds perçus pour ensuite les redistribuer. Pour le moment, le projet a réuni 30 000 euros sur les 300 000 demandés. Il reste un peu moins d’un mois pour atteindre l’objectif. Philippe Aigrain, lui, n’est pas inquiet : lors de la collecte pour la Quadrature du net, tout s’était joué dans les dernières heures.

Un million de dollars, le château d'Harry Potter

Le château d'Harry Pother
Le château d'Harry Pother © Mirror / Mirror

Harry Potter et son célèbre château pourrait être acheté par des fans. Son prix, un million de dollar, un million de dollars pour racheter donc l’école de Sorcellerie et de magie. C’est un fan qui a organisé un jeu de rôle en décembre 2014 autour de l’histoire du sorcier. Il a trouvé un lieu : le château de Czocha, c’est en Pologne. Rebelotte, il y a quelques jours avec une collecte de fonds : l’organisateur a besoin de 50 000 dollars pour la saison II du jeu de rôle. Et si et si… il arrive à un million de dollars, c’est promis, il achète le château. Pour le moment, un peu moins de 30 000 dollars ont été recueillis.

Source sûre : le coffre-fort du Monde

Le New-Yorker aux États-Unis, Mediapart ou RSF en France ont déjà tenté l’expérience avec plus ou moins de réussite. Là, c’est Le Monde associé avec des médias belges qui s’y colle. On retrouve des technologies déjà bien connues des dissidents politiques mais aussi des criminels ou des consommateurs de séries en téléchargement illégal, en tout cas de tous ceux qui ont besoin de dissimuler leur identité sur Internet. Dans ces technologies, il y a TOR : une plateforme américaine qui permet d’envoyer des documents par des chemins tortueux et indécelables. Il y a aussi les clés de chiffrage PGP, un système de protection de documents par des suites de chiffres. Le but : proposer aux désormais fameux lanceurs d’alerte, un canal d’envoi qui assure leur anonymat. Qu’est-ce qui différencie Source sûre de ses prédécesseurs ? La réponse avec Yves Eudes, il est grand reporter au monde, et co-fondateur du projet.

Source sûre a été lancé il y a trois semaines. La plateforme a déjà reçu des documents, essentiellement envoyés par des gens en souffrance selon Yves Eudes. En tout cas l’objectif, c’est de séduire encore plus de partenaires. Des contacts sont bien avancés avec France Télévision notamment.

Bleue et noire ou blanche et or ?

Vous l’avez peut-être vu, c’est l’histoire d’une photo de robe postée sur le blog Tumblr. Rien de plus. Et là, la toile se déchire : des internautes voient cette robe bleue et noire, d'autres, blanc et or. Le site Buzzfeed s’empare de la question et là on commence à toucher le n’importe quoi : 25 millions de vues, un sondage : près de trois personnes sur quatre la voient or et blanc, l’autre quart bleue et noire. Kim Kardashian, Kanye West, Taylor Swift, Katy Perry, le débat prend de la hauteur : Twitter devient daltonien.Fin des échanges, le site Mashable a trouvé la robe d’origine : elle est vendue par une marque anglaise pour 50 livres, environ 70 euros. Verdict : elle est bleue et noire et c’est notre rétine qui nous joue des tours.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.