Insomnie

Direction le site canadien insomnie.onf.ca. Une voix féminine suave au léger accent québécois vous questionne sur vos habitudes nocturnes. L’expérience s’adresse aux insomniaques du monde entier.

"Journal de l'insomnie collective"
"Journal de l'insomnie collective" © ONF.ca / Capture d'écran

C’est l’office national du film canadien qui est à l’origine du projet. L’objectif, c’est de créer ce que les réalisateurs ont appelé le journal d’une insomnie collective . Ils veulent recueillir des centaines de témoignages pour réaliser ensuite des portraits d’insomniaques chroniques avec qui vous pourrez partager une nuit de rêveries éveillée. Il faut savoir que dans les pays occidentaux, 30% des personnes souffrent d’insomnie. A France inter, on fait aussi dans le participatif. Nous lançons un concours de photos à l’occasion de l’exposition Soulage au musée des Beaux-arts de Lyon. L’idée, c’est que vous aussi vous vous preniez pour le chantre du noir-lumière. C’est très simple : vous prenez une photo d’un monochrome, vous vous rendez ensuite sur la page de l’événement sur le site de France Inter et vous envoyez votre œuvre. Les meilleurs disciples de Soulage auront le droit à une surprise.

Sexe

Nous sommes dans les années 80, c’est le début du téléphone rose, les relations virtuelles passent par le téléphone, 36 15 Ulla est le site de référence des amateurs de sexe en ligne et les Village People chantent “Sex over the phone”.

25 ans après, une entreprise américaine invente le “Sex over the smarthphone”, une application pour téléphone qui permet de faire l‘amour à distance. Ca marche avec deux objets et une application : D’un côté il y a la femme et de l’autre, il y a l’homme. Jusque là, c’est très simple. La femme se munit de “Hera”, “Hera”, c’est un tube plein reproduisant plus ou moins la taille et la circonférence du sexe de l’homme. L’homme de son côté a “Zeus”. Zeus, c’est un autre tube et contrairement à Hera, il est creux et il est censé imiter la forme d’un vagin.

LovePalz
LovePalz © Radio France

Imaginez maintenant que les deux partenaires sont loin l’un de l’autre. Chacun active son tube, ouvre son application et c’est là que la technologie est magique. Un capteur de mouvement enregistre le rythme du va-et-vient de l’homme et le reproduit sur le tube de la femme. Du côté de la femme, c’est un capteur de pression qui enregistre les contractions du vagin pour les reproduire sur le tube de l’homme. Et voilà comment il est désormais possible d’atteindre le point G par la 3G. Ce sextoy techno s’appelle Lovepalz et il est possible de commander les deux tubes sur le site du même nom pour un peu moins de 100 euros.

dossier_lien_blog_netplusultra
dossier_lien_blog_netplusultra © Radio France
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.