Cette semaine, on découvre la nouvelle facette de Mark Zuckerberg, qui a décidé de mieux préserver la vie privée des utilisateurs de ses réseaux sociaux. Et en podcast de la semaine, on confesse ses plaisirs coupables musicaux.

Mark Zuckerberg, en mai 2018 lors d'une conférence Facebook
Mark Zuckerberg, en mai 2018 lors d'une conférence Facebook © AFP / JOSH EDELSON

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook a signé mercredi une longue tribune publiée sur son propre site, dans laquelle il annonce un revirement total de la part de Facebook : selon lui le réseau social et ses filiales vont désormais se reconstruire entièrement autour...des échanges privés.

Une décision étonnante, car il faut se rappeler que Facebook à la base, c'était un fil d'actualités et des profils sur lesquels tout ce que vous postiez était public, à moins d'avoir paramétré vos réglages de confidentialité, ce qui n'était pas forcément une mince affaire. Et puis il y a eu Facebook Messenger, les groupes privés, le rachat de la messagerie WhatsApp... Ainsi, ce que constate Mark Zuckerberg c'est donc qu'aujourd'hui le public préfère se tourner vers des petits groupes d'amis.

Facebook veut donc accompagner ce changement avec une série d'axes de développement annoncés par Mark Zuckerberg dans sa tribune : plus de conversations à deux ou en petit groupe, donc, des discussions intégralement cryptées, mais aussi - et ça c'est plus surprenant - des messages qui s'effaceront au bout d'un mois par défaut. C'est en tout cas ce que propose le PDG de 34 ans, expliquant que "les gens ne devraient pas devoir s’inquiéter que ce qu’ils ont partagé dans le passé puisse revenir les hanter"

Autre déclaration étonnante, le patron de Facebook évoque l'idée que les données liées aux messages ne soient pas archivées non plus au-delà d'un mois... voire même plus collectées du tout. Alors même que les données publiques et la vente de celles-ci à des fins publicitaires sont le gêne pain numéro un de Facebook. 

Et c'est là la grande zone d'ombre qu'il reste malgré toute cette déclaration d'intention. C'est ce que note le magazine américain spécialisé dans les nouvelles technologies Wired : la tribune de Zuckerberg ne dit à aucun moment ce que va devenir le lien de Facebook avec les entreprises tierces qui, pour faire de la publicité, ont accès à ses bases de données. A l'heure actuelle il y a un flux totalement incontrôlé de données qui circulent entre Facebook et ces partenaires. La question sera donc de savoir si l'entreprise compte couper le robinet à données... et là, ce serait réellement une révolution.

Le podcast de la semaine : Plaisirs Coupables

"Plaisirs Coupables", c'est le titre de cette émission dans laquelle à chaque numéro chacun des quatre participants défend un titre qu'il adore écouter tout en sachant que c'est pas forcément honorable... le tout avec comme générique le cultissime "Never gonna give you up" de Rick Astley. 

On y retrouvera donc en vrac les L5, Demis Roussos, le groupe Tokio Hotel, des génériques de dessin animé ou même Michel Jonasz... Chaque nouvel épisode sort à peu près tous les deux mois (et le dernier vient d'être livré), mais cela vaut le coup d'attendre. Et vous, c'est quoi votre "Plaisir Coupables" ?

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.