Cette semaine, le site américain Patreon, spécialisé dans le financement d'artistes et de créateurs et créatrices, est arrivé en France. Il fonctionne sur un système d'abonnement et de contreparties graduelles, et espère court-circuiter le modèle économique de YouTube ou Spotify.

Le musicien Jack Conte, co-fondateur de Patreon
Le musicien Jack Conte, co-fondateur de Patreon © AFP / Jerod Harris / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Ce mardi, un nouveau site a débarqué en France : un site qui a déjà bien marqué son territoire dans le reste du monde en apportant un nouveau mode de financement de la création : il s’appelle Patreon. Et le principe de ce site lancé en 2013 est assez simple… c’est une sorte de micro-mécénat.

L’idée, c’est de vous permettre de soutenir financièrement un artiste musical, un auteur ou une autrice, un youtubeur ou une youtubeuse que vous aimez. En échange de quoi vous avez droit à de petites contreparties, comme du contenu en avant-première ou des exclusivités.

C’est un peu comme pour le financement participatif, mais ce qui change c’est qu'on ne finance pas un projet avec un objectif final. On est sur un format d’abonnement mensuel : chacun peut décider de donner entre trois et 25 euros par mois à l’artiste qu’il soutient. Le créateur, de son côté, fixe des paliers pour définir le type de petits cadeaux qu’on va obtenir.

Là où ce modèle est une aubaine pour les créateurs et les créatrices c’est que c’est beaucoup plus rémunérateur que le modèle économique de YouTube ou de Spotify : il faut engranger des millions d’écoutes ou de vues pour gagner quelques centaines d’euros. Avec ce système il devient plus facile de générer des revenus... à condition d’arriver à fédérer une vraie communauté puisque ça requiert que les abonnés acceptent de payer. A l’ère du tout gratuit d’Internet, c’est un véritable acte de soutien à la création.

Même en France, avant l'arrivée officielle de Patreon, il y avait déjà beaucoup de gens qui font de l’illustration, du podcast, de la photo, ou des vidéos YouTube ou Twitch sur Patreon… mais jusqu’ici tout était en dollars, il y avait des frais de conversion. Depuis mardi le site est pleinement installé en France, et il pourrait faire de l’ombre à un autre site déjà installé dans le pays, Tipeee, lancé également en 2013 et qui propose peu ou prou la même chose... mais sans le rayonnement international qui va avec.

L'info en plus : une petite nouveauté sur l'appli Spotify

Spotify a annoncé une fonction qui va ravir beaucoup d’utilisateurs, la recherche de titres à partir… de leurs paroles. Ca marche avec toutes les chansons dont les paroles sont répertoriées dans Spotify. Si par exemple vous êtes incapable de vous souvenir le titre de cette chansons mais que vous savez que ça commence, au hasard, par "Terre brûlée au vent", vous tapez ce texte à la place du titre dans le champ de recherche, et comme par magie Spotify vous lancera la chanson qui commence par ces paroles.

La fonctionnalité a été officialisée mardi et elle est déployée pour tous les abonnés Spotify dans les nouvelles mises à jour !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.