Cette semaine dans Net Plus Ultra, on découvre un nouvel acteur du streaming, qui propose une approche étonnante : des vidéos de moins de dix minutes, à voir exclusivement sur smartphone. Et en vidéo de la semaine, Ludovic B présente les coulisses du monde de la télé.

La présentation de Quibi, en janvier, au CES de Las Vegas
La présentation de Quibi, en janvier, au CES de Las Vegas © AFP / Robyn Beck

En plein confinement les américains ont vu débarquer un nouveau concurrent à Netflix, Amazon et Disney : un concurrent nommé Quibi, nouvelle plateforme de streaming lancée par une ancienne PDG de eBay avec un ancien patron de Disney,  qui est arrivée lundi sur le marché américain.   

Une plateforme qui a une particularité : elle n’est disponible ni sur ordinateur ni sur téléviseur. Quibi ne fonctionne que sur smartphone et ne propose que des contenus originaux.   

On y trouve des dizaines de programmes originaux avec la promesse de nouveaux épisodes tous les jours, et surtout deux particularités : d’une part les séries, les documentaires ou les films sont découpés en épisodes de moins de dix minutes chacun, pour être mieux adaptés au visionnage sur un petit écran.  

L’autre particularité, plus étonnante : la plupart des programmes sont faits pour être regardés avec votre téléphone aussi bien si vous le tenez au format paysage qu’au format portrait. Ce n’est pas un simple agrandissement de l’écran : le montage est retravaillé pour que vous ne loupiez rien du film en passant à la verticale.  

Au niveau casting : Sam Raimi, Sophie Turner, Guillermo del Toro ou Idriss Elba font partie des personnalités impliquées dans la production des contenus originaux pour cette plateforme. On y trouvera même une création de Steven Spielberg... une série d’horreur qu’il ne sera possible de regarder que la nuit.   

Le tout pour un budget colossal de 1,6 milliard d’euros : d’après Le Monde c’est à peu près le budget annuel de TF1... mais c’est aussi bien loin du chiffre d’affaires de Netflix qui est de 20 milliards d’euros.   

Pourtant, le lancement s'est fait en demi-teinte... 300 000 téléchargements sur les premières 24 heures en Amérique du Nord. C’est bien, mais très loin par exemple de Disney qui a généré quatre millions de téléchargements sur sa première journée en novembre dernier aux Etats-Unis. 

Certes on n’est pas sur le même niveau de notoriété mais il y a surtout un autre paramètre : Quibi n’a pas voulu décaler son lancement malgré le confinement. On a donc assisté à un changement radical de discours en quelques jours : on est passés d’une appli taillée sur mesure pour la mobilité à une application parfaite pour une pause de dix minutes quand vous vous occupez des enfants à la maison. Pas sûr que le changement ait été bien saisi par tout le monde.   

En attendant Quibi est disponible aussi en France mais tout en anglais (avec des sous-titres anglais) : si vous maîtrisez la langue de Shakespeare sachez que les trois premiers mois sont gratuits.

La vidéo de la semaine : Ludovic B et "YouTube vs. la télé"

Ludovic B est journaliste et fait pas mal de petits reportages sur YouTube. Il a lancé il y a quelques semaines une série nommée "YouTube versus la télé" dans laquelle il décrypte les coulisses de l’écosystème télévisuel... dans l’une des dernières vidéos il est allé chercher les premières auditions devant le CSA des chaînes de la TNT, et compare les intentions d'origine des chaînes avec ce qu'elles sont devenues. C’est plutôt bien fait et surtout assez didactique, ça pourra vous intéresser que vous soyez ou non passionné par les médias.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.