Capture de la série "Je suis SUPER" de Christophe Blanc
Capture de la série "Je suis SUPER" de Christophe Blanc © Christophe Blanc / Christophe Blanc

Du 17 au 26 avril, la série est à l'honneur au Forum des images à Paris. Au milieu des mastodontes comme Mad Men ou Game of Thrones, il y a 16 webséries à l'affiche. Découverte...

C’est la deuxième fois que les programmateurs font la part belle aux séries produites uniquement sur Internet. Ces 16 webséries d’un peu partout dans le monde sont déjà en ligne sur le site series-mania.fr. Première question à , la programmatrice de la sélection de webséries, qu’est-ce qui distingue une web série d’une série télé ?

La websérie est à la croisée du web et de l'explosion des séries télé.

Liberté de ton, de sujet, de format, une websérie doit capter et retenir une audience qui est par définition très volatile sur le web. Le résultat ce sont des ovnis audiovisuels venus d’un peu partout dans le monde : Beaucoup de webséries canadiennes notamment et une websérie venue de Chine, ca s’appelle Ex-modèle :

Autre genre, cette fois venu du Canada, c’est la série préférée d’Oriane Hurard :

TV5 subit une attaque d'une ampleur inégalée

Rappelez-vous, ce n’était pas cette semaine mais nous aussi franceinter.fr, nous avions subi mi-janvier un blocage de notre site et puis il y a eu le piratage du compte Twitter du quotidien Le Monde par l’armée syrienne libre, le hacking de Rue 89 réalisés par Ulcan. Bref, depuis moins d’un an, ça n’arrête pas. Cette fois, les assaillants ont fait plus fort : dans la nuit de mercredi à jeudi, les programmes télévisés de TV5 ont été bloqués, les réseaux sociaux et le site piraté. Qu’on s’attaque aux contenus en ligne, ce n’est pas nouveau mais alors s’attaquer aux programmes télévisés, c’est tellement rare que ça a fait réagir la ministre de la Culture Fleur Pellerin :

Il est de notre devoir de garantir cette liberté d'expression

Fleur Pellerin était jeudi au micro de Sandy Dauphin. Selon le site spécialisé breaking3zero.com, les deux des pirates responsables de l'attaque sont basés en Algérie et en Irak et seraient liés au groupe État islamique. Depuis jeudi soir, tout a été rétabli sur les sites et les antennes de TV5.

Le Big Data au service de la santé

C’est l’INSERM qui a utilisé des milliers de données pour localiser les arrêts cardiaques à Paris. Une conclusion : Méfiez-vous des gares. Entre 2000 et 2010, les chercheurs ont répertorié 1 255 arrêts cardiaques survenus sur la voie publique. Ils les ont ensuite localisés et cartographiés. Conclusion : les cinq gares parisiennes concentrent 20% des arrêts cardiaques alors qu’elles ne représentent qu’ 1% de la surface de la capitale. Pourquoi les gares et pas les musées ou les stations de taxi par exemple ? Bizarrement, les chercheurs ne savent pas bien l’expliquer. Une hypothèse cependant : le stress physique et psychologique généré par les transports. Et une solution préconisée par l’INSERM : la mise en place de plus de défibrilateurs dans les gares.

Géolocalisation des arrêts cardiaques survenus sur la voie publique à Paris entre 2000 et 2010
Géolocalisation des arrêts cardiaques survenus sur la voie publique à Paris entre 2000 et 2010 © E. Marijon et coll. Circulation, 2015 / E. Marijon et coll. Circulation, 2015
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.