Cette semaine, on trouve un nouveau job à Barack Obama, on voit la lutte contre les trolls sur Internet prendre de l'ampleur et on regarde travailler de gentils robots.

La lutte contre les trolls rebondit en ce début d'année
La lutte contre les trolls rebondit en ce début d'année © Reuters / Mario Anzuoni

Barack Obama, "président des playlists"

Barack Obama achève en ce moment son passage à la Maison Blanche, huit ans au total avant de céder la place à Donald Trump... Il est désormais sans emploi et on ne sait pas encore bien ce qu'il fera après. Vous me direz : quel rapport avec Internet ? J'y arrive.

Cette semaine, le patron de Spotify, le site d'écoute de musique en ligne, a proposé un job à Barack Obama. Enfin, pas directement, mais ils ont publié une annonce pour recruter "un président des playlists", un président des compiles en quelque sorte. En précisant bien qu'il faut avoir dans son CV "au moins huit ans d'expérience à la tête d'une grande nation".

Objectif du poste : proposer "une direction de classe mondiale pour les programmateurs musicaux du site". Pourquoi cette petite blague ? Tout simplement parce que Barack Obama lui-même avait diffusé il y a quelques mois sa "playlist" de morceaux qu'il adorait... Et que plus récemment, il aurait glissé à l'ambassadeur américain en Suède "j'attends toujours un boulot chez Spotify, je sais que vous aviez tous adoré ma playlist". Et sa voix aussi...

Et si 2017 était l'année de la fin des trolls ?

Les trolls, pour faire vite, ce sont ces gens sur Internet qui ne vivent que pour la provocation... Ça va de l'humour potache un peu limite au harcèlement en ligne, aux insultes, au racisme, à l'homophobie, j'en passe et des bien pires. Sauf qu'en ce début d'année, on a l'impression que les dérives des trolls commencent à avoir des conséquences dans la vraie vie. Mercredi dernier, plusieurs trolls se sont retrouvés, physiquement et sans anonymat, devant la justice. Plus précisément à la 17e chambre du TGI de Paris... L'une pour un tweet islamophobe, deux autres pour des insultes homophobes. Des messages très violents et assénés avec une confiance qui avait totalement quitté les prévenus à l'audience, puisque tous se sont excusés et ont regretté leurs propos... Décision rendue le 22 février...

Autre front qui commence à porter ses fruits, cette fois contre le cyber-harcèlement, plus particulièrement contre des membres du forum "Bla bla 18/25" du site JeuxVideo.com... Ça n'a l'air de rien comme ça, mais il faut savoir que ce forum traîne depuis des années maintenant une réputation sulfureuse et pas du tout usurpée. Il faut dire qu'il est à la source de vastes campagnes de harcèlement ciblées, notamment contre des militantes féministes, en plus d'être un véritable nid à messages haineux, racistes, homophobes, antisémites, transphobes, violents, sexistes, à appels au meurtre, au viol ou autre... Bref autant de messages qui pourraient valoir aussi à leurs auteurs un petit tour devant un tribunal. Et dont même d'anciens employés de JeuxVideo.com gardent un souvenir particulièrement amer.

Le problème n'est pas nouveau, mais le site peine à lutter contre ses pratiques (ou n'essaye pas vraiment, selon ses détracteurs). Une militante a donc décidé de lancer sur Twitter un hashtag #HelloJVC, pour interpeller le site... Et pour la première fois, de regrouper des témoignages de personnes victimes de trolls venus de ce forum. Bien entendu, le tout a provoqué un déchaînement de colère de la part des trolls habituels contre les "féminazies" (sic) et les journalistes ayant relayé l'information. Mais là aussi, ça commence à aller assez loin, puisque l'équipe de Laurence Rossignol, ministre des Droits des Femmes, s'intéresse de près à l'affaire. À suivre, donc.

La vidéo de la semaine : ne soyez pas des robots

Un court-métrage de Michael Marczewski, un réalisateur anglais, où l'on voit donc des robots, chacun chargé d'une tâche un peu répétitive... Sauf que les mécanismes vont s'affoler petit à petit et que tout ça ne finira pas aussi bien que ça a commencé.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.