Le réseau social de partage de photos a annoncé cette semaine la mise en place de nouvelles mesures destinées à protéger les utilisateurs et utilisatrices de moins de 18 ans, en interdisant notamment l'envoi de messages des utilisateurs majeurs aux mineurs.

Instagram est une application accessible dès l'âge de 13 ans
Instagram est une application accessible dès l'âge de 13 ans © AFP / Lionel Bonaventure

Le réseau social Instagram a annoncé cette semaine une série de mesures dont le but est de mieux séparer, sur son application, les utilisateurs et utilisatrices mineurs des majeurs, pour mieux protéger les plus jeunes. Au total, six mesures vont entrer en vigueur progressivement dans ce cadre, et la plus forte c’est un cloisonnement des messageries : si vous êtes une personne majeure il ne sera plus possible d’envoyer des messages privés à une personne mineure qui ne vous suit pas. 

L’autre fonction qui va dans le sens de la protection des mineurs, c’est une restriction des recherches : là encore mineurs et majeurs vont être plus facilement compartimentés. Par exemple si vous êtes adulte vous ne verrez plus d’ados dans les recommandations de profil, dans les "reels" (ces vidéos courtes mises en place il y a quelques mois), ou dans les publications à la une. Et dans le même temps Instagram va inviter ceux et celles qui ont entre 13 et 18 ans - puisque 13 ans c’est l’âge minimum pour s’inscrire - à passer leur compte en privé, puisque sur un compte privé il faut valider tout nouvel abonnement.

Mais ça, ça ne marche que si les utilisateurs ne mentent pas sur leur âge : comment peut-on vérifier que les âges sont corrects ? Eh bien ça c’est l’autre partie des annonces faites par Instagram : leurs contours sont plus flous mais ce sont les plus intéressantes, car le réseau social promet d’améliorer ses performances pour comprendre le véritable âge de ses utilisateurs… et pour faire ça il se basera sur l’intelligence artificielle et sur les algorithmes, qui devraient être capables donc de déceler quand quelqu’un ment sur son âge et assure qu’il est majeur alors que ce n’est pas le cas… ou inversement.

Instagram affirme aussi que les adultes qui ont eu sur le réseau social un "comportement potentiellement suspect" seront notifiés en cas de tentative de contact avec un mineur. Là aussi la fonctionnalité devrait reposer sur l’intelligence artificielle pour détecter des indices.. en revanche on ne sait pas ce qu’Instagram appelle un "comportement potentiellement suspect". Cette dernière fonction n’est déployée qu’aux Etats-Unis pour le moment, mais elle devrait arriver en France dans les mois à venir. 

L'info en plus : Albums, une application qui veut faire de l'ombre à Instagram et Google Photos

Et une appli française en plus : Albums a été lancée hier par l’ancien champion de roller Taïg Khris, qui est devenu entrepreneur dans les nouvelles technologies. Le principe de cette appli dont l’interface ressemble un peu à celle d’Instagram c’est de permettre le partage de photos et d’albums de photos non pas avec des abonnés, mais avec vos proches ou vos amis. Des albums plus privés, c’est l'idée de cette application qui met en avant la sécurité des données privées. Elle a prévu de se faire certifier par l’Anssi, l’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information : c'est le gros argument de ce nouveau logiciel face à des applis déjà bien implantées comme Google Photos.

L'équipe