Une vidéo à 360° en plein conflit syrien : le journalisme sur Internet a mis cette semaine une claque au journalisme classique avec un reportage en réalité virtuelle. À voir aussi : Facebook développe votre empathie, et la Belgique envahit Hollywood.

La Syrie réelle en réalité virtuelle

C'est une claque journalistique, qu'on doit à l'agence parisienne Okio Report , dont le slogan annonce tout de suite la couleur : "Nous croyons que la réalité virtuelle est le futur du journalisme" ... Une devise qu'ils ont appliqué au conflit syrien, avec une vidéo bien particulière filmée au coeur de la ville dévastée de Jisr al-Soughour. Il s'agit d'une vidéo à 360°, filmée par six caméras, et le résultat est bluffant.

► ► ► VIDÉO | Cliquez ici pour voir le reportage (fonctionne uniquement sur Google Chrome)

En immersion dans un village syrien dévasté
En immersion dans un village syrien dévasté ©

Cette nouvelle forme de journalisme va sans doute se développer dans les mois qui viennent, puisque la technologie devient de plus en plus accessible. Avec des questions déontologiques : ce type de vidéo est-il plus immersif ou au contraire transforme-il trop la réalité en jeu vidéo ? Peut-on envisager de retranscrire en réalité virtuelle une manifestation, une expulsion de réfugiés, ou les heures qui suivent un attentat ?

Bref comme toute nouvelle technologie c'est à la fois exaltant et un peu inquiétant...

Facebook veut vous autoriser à ne pas aimer

Facebook crée un centre d'intelligence artificielle à Paris
Facebook crée un centre d'intelligence artificielle à Paris © REUTERS/Dado Ruvic / REUTERS/Dado Ruvic

Pendant des années, le réseau social ne vous a offert que deux possibilités : commenter une publication ou la "liker", cliquer sur le fameux bouton "J'aime". Un choix très limité qui agace les internautes depuis des années, certains réclament un bouton "J'aime pas" depuis longtemps .

Facebook commence à envisager la chose, à sa façon : lors d'un débat public, son patron Mark Zuckerberg a annoncé qu'ils travaillaient sur un nouveau bouton pour pouvoir "exprimer de l'empathie" . Toute la subtilité, c'est de ne pas faire de cette nouvelle fonction quelque chose de négatif.

Nous ne voulons pas transformer Facebook en un forum où les gens votent pour ou contre les publications des gens.

Les mauvaises langues diront que c'est déjà (un peu) le cas...

La vidéo de la semaine : "Cinquante nuances de Dikkenek"

L'un est un film culte, chef d'oeuvre reconnu du Septième Art, l'autre est l'adaptation d'un roman vendu à des millions d'exemplaires sur les errances SM d'un milliardaire.

Et quand on mélange les deux, ça donne un accent très belge au blockbuster érotique...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.