Cette semaine, on se méfie du traducteur automatique de Google, dont les traductions pas toujours exactes peuvent avoir de lourdes conséquences. Et dans notre vidéo de la semaine, de drôles d'extraterrestres se laissent dissuader d'envahir le monde.

Quand Google Traduction fait des siennes (illustration)
Quand Google Traduction fait des siennes (illustration) © AFP / Jaap Arriens / NurPhoto

Vous avez peut-être vu cette séquence, tirée d'une conférence de presse juste avant le début du Mondial de foot, la semaine dernière : alors que l'attaquant français Antoine Griezmann avait précisé qu'il ne répondrait plus qu'à des questions en Français et surtout pas sur son éventuel départ du club de l'Atletico Madrid, un journaliste espagnol a levé la main et approché son téléphone portable de son micro, pour donner la parole... à Google Traduction.

La question, qui n'a pas plu au responsable de la communication de l'équipe de France, a fait rire l'assistance et les internautes. Mais elle fait aussi écho à une actualité, moins amusante, dans laquelle l'application de traduction, de plus en plus utilisée (depuis qu'elle est aussi capable de traduire directement des voix) est impliquée. 

l'histoire commence en septembre dernier, lorsqu'un un résident américain né au Mexique est interpellé par la police. Après avoir déclaré qu'il a 77 000 dollars sur lui, il accepte que sa voiture soit fouillée par les policiers, qui y trouvent six kilos de drogue. Petit détail non négligeable : l'homme s'exprimait en espagnol, le policier en anglais, toute la conversation s'est donc faite à l'aide de Google Traduction.  

Seulement, après coup, l'homme affirme ne jamais avoir donné son consentement pour cette fouille... or aux Etats-Unis c'est indispensable. Le juge fédéral de l'Etat du Kansas qui s'est penché sur le dossier a estimé qu'il y avait eu une faille de Google Traduction : au cours de la conversation, l'application a transformé la question "Puis-je fouiller la voiture ?", ("Can I search the car ?"), en "Puis-je chercher la voiture ?", ("Puedo buscar el auto ?"). 

Autrement dit la formulation n'est pas assez claire pour que le consentement soit attesté. D'autant plus que plusieurs témoignages affirment que l'homme a répété à plusieurs reprises ne pas comprendre les questions qui lui étaient posées. Résultat : toute la procédure est purement et simplement invalidée, et ce malgré le fait que les policiers ont trouvé des quantités non négligeables de drogue dans la voiture. 

La vidéo de la semaine : Lolywood imagine une invasion extraterrestre qui tourne mal

Le collectif barré de vidéastes, dont on vous a déjà parlé dans Net Plus Ultra, revient avec l'histoire d'un homme qui, alors qu'il veut en finir avec la vie, se retrouve face à deux extraterrestres dotés d'étranges protubérances sur la tête, et d'une ferme intention : envahir la Terre. Mais tout ne se passe pas comme prévu : les deux aliens vont se laisser dissuader. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.