Au menu de Net plus ultra cette semaine, une mise en abyme sur nos pratiques de communication sur Internet, ce qui devrait être le webdoc de l'année, Twitter qui entre en bourse, un voyage web 2.0 et et une version 90's de Get lucky.

"Noah" : du cinéma qui filme nos pratiques sur internet

On commence cette chronique avec l’histoire d’une séparation. C’est un court-métrage diffusé lors du festival du film de Toronto.Le film commence, je suis face un écran d’ordinateur. Le nom Noah s’affiche à côté de la catégorie Login. On comprend que l’utilisateur de l’ordinateur s’appelle Noah. Il tape ensuite le mot de passe et l’ordinateur s’allume. Noah se connecte ensuite à Internet. Il ouvre plusieurs onglets. D’abord le site de vidéos porno Youporn et puis bien sûr Facebook.

Quelques secondes plus tard, Facebook sonne. Amy sa petite copine, partie dans une autre ville pour étudier veut lui parler. Noah lui propose alors d’échanger sur Skype mais avant de se connecter au logiciel, il coupe bien sûr le son de la vidéo Youporn en cours de lecture. Et quand Amy lui demande ce qu’il est en train de faire, Noah ferme l’onglet Youporn, ouvre une image de chat et poste le lien dans le clavardage de Skype. Et puis très vite la discussion tourne au vinaigre pour Noah. Sa copine lui explique que ce n’est pas facile de vivre loin, qu’elle ne veut pas vivre avec une image, qu’elle rencontre d’autres gens. Le couple se sépare et s’en suit un longue phase de déprime pour le jeune homme, une déprime que le spectateur vit les yeux rivés sur son écran. Alors Noah tue l’ennui, le jeune homme est seul avec sa guitare. Il est connecté au site chatroulette et chante devant trois adolescentes qu’il ne connaît pas. Voilà en quelques mots les grandes lignes de l’histoire mais là où ce film est particulièrement touchant, c’est qu’il fait réfléchir sur nos pratiques de navigation à travers une situation commune, une séparation. C’est une sorte de mise en abyme qui interroge notre vie sociale sur Internet, ça dure 17 minutes et c’est le gros coup de cœur de la semaine.

Le webdocu de l'année ?

Une autre création produite par Toxa et l’Office national du film canadien en collaboration avec Arte et réalisé par un journaliste bien connu dans le milieu du webdocumentaire, il s’agit de FortMcMoney de David Dufresne.

David Dufresne, c’est lui qui avait réalisé notamment Prison Valley, un webdocumentaire qui plongeait l’internaute dans l’industrie carcérale américaine. Cette fois, il s’intéresse à une ville canadienne, Fort McMurray qui vit autour de ses réserves de sables bitumineux. Le trailer est sorti cette semaine. Le projet se présente comme un jeu documentaire et vous propose de prendre le contrôle du plus vaste projet énergétique du monde. Rien que ça et comme s’il était nécessaire d’en rajouter, l’objectif final est, je cite, “de faire triompher votre vision du monde”. C’est de l’information ludique, ce qu’on appelle communément un Serious game. Fort McMoney, c’est deux ans de travail, près de 50 interviews et 60 jours de tournage. Le webdocumentaire est très attendu, il sort fin novembre et on vous en reparlera sans doute dans les prochaines chroniques de Net plus ultra.

Twitter en bourse

Twitter
Twitter © CC igb

Twitter qui suit les pas de Facebook et devrait entrer en bourse très prochainement. Et comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, c’est par un tweet que le réseau social a annoncé la nouvelle.

Cette entrée en bourse est bien préparée puisque le numéro un le gestion d’actif américain Blackrock, est entré au capital de Twitter au début d’année. Et ça valorise désormais l’entreprise à 9 milliards d’euros. Si vous êtes intéressée pour entrer au capital, il va falloir patienter, on ne connaît pas encore la valeur des actions.

Le tube de l'année, version 90's et "gaucho"

Cette version de Get Lucky a été produite par un passionné de vieilles consoles qui a passé des heures à interpréter la chanson sur un logiciel de composition musicale des années 90, Mario paint sur Super Nes. La folie est récompensée puisque la vidéo a été vu un peu moins de trois millions de fois.

Et puis comme c’est l’occasion et qu’il n’y en aura peut-être pas d’autre, j’avais très envie de terminer cette chronique avec ma reprise préférée de Get Lucky. Ca s’appelle “Despertos para ponerla”. La vidéo a été postée fin août. Elle a été vue 1,5 millions de fois. Ca nous vient d’Argentine et c’est inspiré d’une danse traditionnelle du Nord du pays, la Chacarera.

image lien blog netplusultra
image lien blog netplusultra © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.