Cette semaine dans la chronique hebdomadaire du pôle web de France Inter, une vidéo des discours d’Obama et Romney publiée cette semaine par le site internet du New York Times, l'histoire d'un habitant d'Ille-et-Vilaine qui a bloqué pendant deux jours le service surendettement de la Banque de France et un outil qui permet aux usagers des taxis de ne plus subir le programme imposé par le chauffeur.

Le truc qui va vous changer la vie si vous prenez souvent le taxi, par exemple pour venir tôt à la radio ou quand vous revenez bien fatigué d’un aéroport après un voyage d’affaire, quand vous montez dans la voiture, vous êtes parfois comme agressé : une mélodie de daube qui vous reste dans les oreilles pendant les trois jours qui suivent et vous ridiculise auprès de tout votre entourage. Mais vous pouvez aussi tombez sur des "grandes têtes" ou des "grosses gueules",_ sur une pub pour une compagnie "qui assure"_ et même sur un match de foot en direct. Bientôt vous allez pouvoir entendre ce que vous voulez, ce que vous aimez ! Une compagnie de taxis expérimente actuellement un partenariat avec Spotify. Spotify, c’est un de ces services qui vous proposent de la musique en ligne, gratuite et payante. Vous téléchargez l’application, vous hélez un taxi de la bonne compagnie, et, en vous connectant en bluetooth avec la radio de la voiture et vous lui faites jouer votre propre liste de musique. Alors, on ne se réjouit pas trop vite : la compagnie de taxi est à Berlin et le système n’est qu’expérimental. Il faudra donc attendre au minimum quelques mois.

Qu’est-ce que le retrogaming ?

C’est une tendance très actuelle chez tous les geeks. Elle consiste à s’extasier sur les jeux vidéos de la préhistoire des jeux vidéo. Vous savez ces trucs verdâtres sur fond noir qui faisaient un bruit de flipper amélioré. Il y avait pac-man, ou encore des jeux de foot ou de tennis. Et bien sur ce principe là, les Gregory brothers, des habitués américains de la vidéo ludique, ont sorti leur dernière production en lien avec la présidentielle qui aura lieu dans un mois et demi outre-atlantique. Avec une mise en scène des discours des candidats Romney et Obama, se répondant du tac au tac sur leurs thèmes de campagne, et même des incursions de leurs épouses au cours des conventions de leurs partis. C’est très bien fait et ça fait un malheur outre-atlantique.

Chez nous, l’autre vidéo qui commence à tourner un peu dans le même genre, c’est celle de notre Président à nous, François Hollande, piégé dans un entretien télévisé. Comment dire autrement, en parlant de l’impôt sur le revenu et du quotient familial que X euros « par part ». La juxtaposition des deux homonymes a donné des idées à un internaute passionné de politique.

Vous avez donc reconnu François Hollande dans le rôle de Supermario, le héros plombier de chez Nintendo.

Le casse (le plus facile) du siècle

C’est l'histoire d’un internaute qui avait du temps libre et pas beaucoup d’argent. Il passait donc beaucoup de temps sur divers forums où il avait trouvé des numéros dits « numéros passerelles » permettant de contourner via le système de téléphonie « Skype » les numéros surtaxés. Figurez vous qu’il y a quatre ans, ce garçon a ainsi téléphoné à une boîte vocale qui lui a demandé son code d’accès : et en tapant 1 2 3 4 5 6, il était entré dans le saint des saints de la finance française : le serveur de la Banque de France ! Plus précisément au service surendettement : comme au bout du fil, rien ne se passait, il a raccroché. Mais cette intrusion a juste bloqué le service pendant deux jours et provoqué une enquête internationale. Après deux ans d’enquête approfondie, le coupable a été retrouvé, jugé puis relaxé. Une histoire à rapprocher de celle racontée par le Canard enchaîné : l’administration de plusieurs sites du gouvernement (pas n’importe lesquels, économie, redressement productif…) avait gardé password comme mot de passe par défaut. Avec pour conséquence toutes les intrusions possibles…

dossier_lien_blog_netplusultra
dossier_lien_blog_netplusultra © Radio France
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.