Cette semaine, on analyse le succès mitigé de Super Mario sur smartphone, on décortique "Maman j'ai raté l'avion" et on prend son envol en drone.

Le jeu "Super Mario Run", en réalité payant, a déçu beaucoup d'utilisateurs
Le jeu "Super Mario Run", en réalité payant, a déçu beaucoup d'utilisateurs © Radio France / VE

Super Mario Run, succès critique mais échec commercial (ou l'inverse) ?

Le plus célèbre plombier du monde a fait l'événement la semaine dernière en débarquant pour la première fois dans un jeu pour smartphone : Super Mario Run, que les possesseurs d'iPhone ont eu toute la semaine pour prendre en main. Les premières critiques de ce jeu en apparence très simple (Mario court et vous devez le faire sauter) sont unanimement bonnes, mais ça n'a pas empêché le cours de l'action Nintendo de plonger en début de semaine.

En cause, deux détails non négligeables qui ont déçu les joueurs : d'une part, le jeu nécessite une connexion permanente à Internet, pas question donc d'y jouer dans le métro ou en avion ; d'autre part le téléchargement est gratuit, mais passés les trois premiers niveaux il faut débourser 10€ pour accéder au jeu complet.

Même si le prix n'est pas excessif pour un jeu Mario, et que ces informations étaient publiques avant même la sortie du jeu, le résultat est paradoxal : l'application a totalisé 40 millions de téléchargements en moins d'une semaine, mais les utilisateurs lui ont attribué une note médiocre de 2/5... pas de quoi mettre en confiance les investisseurs.

Vous ne verrez plus jamais "Maman j'ai raté l'avion" comme avant

Vous vous rappelez sûrement l'histoire de ce petit garçon qui reste seul chez lui après avoir raté l'avion, et qui affronte une bande de cambrioleurs en leur tendant des pièges hilarants... Une chaîne YouTube qui fait de la vulgarisation scientifique aux Etats-Unis s'est intéressée à ces pièges et a déduit que s'il avait été fidèle à la réalité scientifique le film aurait été beaucoup moins amusant : les voleurs auraient tous été tues ou grièvement blessés en deux temps trois mouvements.

Exemple : le coup de la poignée de porte que le petit Kevin McCallister chauffe à l'allume-barbecue pour dissuader les voleurs d'entrer aurait non seulement provoqué de graves brûlures, mais en plus la poignée de porte elle-même aurait fondu... puisque pour faire rougir la poignée comme c'est le cas dans le film, il faut la chauffer à une température de 537 degrés !

Quant au coup de pied de biche asséné par l'un des méchants à un autre, c'est radical, il se serait soldé par au moins des côtes brisées, au pire les poumons et le cœur perforés. Voilà normalement, vous ne verrez plus jamais ce film de la même façon.

La vidéo de la semaine : le traîneau 2.0 du père Noël

C'est l'oeuvre d'un YouTubeur amériacin, Casey Neistat, qui est parti du constat suivant : il existe des drones capables de porter des caméras, des colis... mais aucun capable de transporter des humains. Alors il l'a construit, avec toute une équipe spécialisée, et le résultat est assez impressionnant. On le voit déguisé en père Noel et muni d'un snowboard en train de se faire tracter dans les airs par cet immense drone illuminé en rouge et vert... comme les lutins du père noël !

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.