Cette semaine dans Net Plus Ultra, on revient sur une enquête qui a mis en lumière des comptes de propagande du groupe terroriste Etat Islamique sur l'application TikTok, très populaire chez les ados. Et en podcast de la semaine, on décortique les bandes-annonces de films dans "Fais ta B.A.".

L'application TikTok est extrêmement populaire chez les ados du monde entier.
L'application TikTok est extrêmement populaire chez les ados du monde entier. © AFP / Da qing / Imaginechina

C'est une enquête du Wall Street Journal, aux États-Unis, qui a révélé de nouvelles failles dans le contrôle de l'application TikTok, une application de partage de vidéos courtes extrêmement populaire, qui compte 500 millions d’utilisateurs dans le monde, dont beaucoup d'adolescents

Régulièrement visée notamment pour le manque de modération de ses contenus et pour le fait qu'il permette à des utilisateurs majeurs d'entrer facilement en contact avec des mineurs, l'application est cette fois pointée du doigt en raison de la présence de comptes qui font de la propagande pour le compte de l'organisation terroriste Etat Islamique : une vingtaine de comptes diffusent des vidéos de combats et de cadavres dans les rues. Les vidéos pour les jeunes filles présentent des "amoureuses du Jihad". Le tout en utilisant des filtres et des petites icônes pour rendre le tout plus... attrayant.

La réaction de TikTok semble avoir été rapide : le Wall Street Journal cite un employé de l'entreprise qui assure qu'au moins une dizaine de comptes ont été supprimés. Cet employé, qui parle sous couvert d'anonymat, assure qu'une seule vidéo avait dépassé les 10 vues, donc que le phénomène a été enrayé avant que ces outils de propagande se déploient parmi les utilisateurs et les utilisatrices de l'appli.  

TikTok assure de son côté que des milliers de modérateurs ont été recrutés et travaillent depuis la Chine et les États Unis pour s'assurer que de telles vidéos n'apparaissent pas sur les smartphones des utilisateurs. Les ordinateurs et téléphones qui sont identifiés comme publiant ce type de contenus sur l'application sont mis sur une liste noire et ne peuvent plus rien publier.   

Le mois dernier TikTok avait été accusé de censurer les contenus anti-gouvernement Chinois et avait répliqué en interdisant toute forme de contenu politique quel qu'il soit.

Le podcast de la semaine : "Fais ta BA"

Dans cette émission animée par neuf chroniqueurs et chroniqueuses fans de ciné, on ne s'intéresse pas tant aux films qu'à leurs bandes-annonces, qui sont décortiquées presque plan par plan dans une émission inventive pleine de séquences agréables à écouter. C'est encore plus intéressant à découvrir quand on a vu le film dont il est question : on voit alors quelles sont les différences entre ce que peut laisser supposer une bande annonce et ce que dit finalement le film. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.