Couverture d'After d'Anna Todt
Couverture d'After d'Anna Todt © Radio France

180 000 exemplaires, c'est tout simplement plus que le nouveau roman de Michel Houellebecq "Soumission". Pour le New-York Times, ce livre est le "plus important phénomène littéraire de sa génération.” Entretien avec l'éditeur d'After d'Anna Todd.

Anna Todd est une Américaine de 25 ans. La jeune femme est mariée, elle vit au Texas mais s’ennuie. Elle enchaîne les petits boulots et tous les soirs, elle s’évade par l’écriture. Anna écrit un chapitre par jour, un chapitre qu’elle poste sur un site d’écriture communautaire, wattpad pour ne pas le nommer. Les internautes s’emparent de l’histoire, ils proposent des changements dans le scénario et téléchargent, télechargent et téléchargent encore : un milliard de chapitres en tout, c’est un énorme succès sur Internet.Le livre s’appelle After. Il est composé de quatre tomes et raconte l’histoire d’amour entre l’auteure et un jeune homme inspiré d’ Harry Style, un des membres du groupe One Direction, un boys band britannique issu d’un télé-crochet.

Si vous avez pris le temps de rester, ne serait-ce que quelques secondes, vous avez compris, c’est un groupe de jeunes éphèbes qui plaît aux jeunes filles. Ce type de roman, on appelle ça une Fan fiction, c'est une histoire inspirée d’une célébrité. Le livre paraît en France le 2 janvier. Son éditeur, Hugues de Saint Vincent a mis le paquet avec 180 000 exemplaires à paraître. C’est tout simplement le plus gros tirage de la rentrée littéraire d’hiver.

Le livre a été travaillé entre l'auteure et des dizaines de milliers de lectrices et de lecteurs.

On verra le 2 janvier si ces dizaines de milliers de lecteurs et de lectrices achètent le livre papier. Hugues de Saint Vincent dit attendre entre 8 000 et 9 000 ventes pour le premier jour.

La diplomatie française est-elle anachronique ?

Laurent Fabius
Laurent Fabius © Christophe Petit Tesson/MAXPP

C’est en tout cas l’avis du chargé du numérique pour la France auprès de la Commission européenne, . L’entrepreneur s’est exprimé dans les Échos cette semaine et il est sans concession : vision élitiste, fonctionnement en silo, communication anachronique, il estime que les méthodes du Quai d’Orsay sont d’un autre temps.

Après les critiques, les recommandations : Gilles Babinet estime que des investissements massifs sur les grandes plateformes en ligne comme YouTube ou Facebook permettraient à l’État français de toucher plus de monde et d’élargir sa zone d’influence. Selon lui, il faudrait produire des contenus en arabe ou en chinois et poser la question du maintien de l’audiovisuel extérieur quand la plupart des contenus des médias nationaux sont accessibles un peu partout dans le monde grâce à Internet. Faire comme les États-Unis, en gros mettre en place une “soft power” numérique, c’est en filigrane ce que recommande Gilles Babinet. Rappelons qu’il y a quelques mois, le Monsieur Internet et réseaux sociaux du gouvernement, a quitté le ministère des Affaires étrangères pour rejoindre la communication de l'Élysée.

La Quadrature du Net est sauvée

On reste dans le domaine politique : l’association qui se bat depuis 2008 pour la protection de la vie privée et la neutralité du net n’était pas loin de mourir faute de budget. Son fondateur Phlippe Aigrain avait lancé un appel au secours vendredi dernier : si la Quadrature ne recevait pas 45 000 euros d’ici début janvier, l’association aurait mis la clef sous la porte. Un coup de projecteur efficace puisqu’en quatre jours à peine, la Quadrature du net a reçu 200 000 euros de dons. 6 000 donateurs ont répondu à l’appel.

Vos recherches favorites sur Google cette année sont ...

Robin Williams, Nabila, la Coupe du monde de football, julie Gayet, blablacar ... Dans quel ordre ? Gaudéric Grauby-Vermeil a compté vos clics et établit le classement de vos recherches sur Google cette année.

► ► ► BLOG | Net plus ultra

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.