Dans Net plus ultra cette semaine, deux jours après Noël, de redonner espoir aux parents dépités dont les enfants ont déjà cassé leurs cadeaux. Grâce à l'impression 3D, on peut désormais recréer des pièces de jouets, figurines ou poupées. Le podcast de la semaine : "Travail soigné".

Des jouets réparés grâce à l'impression 3D et au portail "Toy Rescue".
Des jouets réparés grâce à l'impression 3D et au portail "Toy Rescue". © Dagoma

Deux jours après Noël, voici un site internet qui va redonner espoir aux parents dépités. Cela va parler à nombre d'entre vous : les jouets que vous avez offerts à vos enfants pour Noël… et qui sont DÉJÀ cassés.  

Ce sont des choses, oui, qui arrivent très vite, plus vite qu'on ne le croit : Monsieur Patate qui a perdu son oreille ; la roue de la Batmobile qui s'est échappée ou bien la jambe gauche de Barbie qui a été arrachée. C'est donc un site internet que je vous présente, il permet de fabriquer des pièces de rechange pour ces jouets.

Derrière tout ça, l'un des leaders de l'impression 3D, Dagoma, une entreprise française. L'idée c'est de rendre un peu plus durables ces jouets grâce à la technologie et au numérique : "Il y a clairement le constat du jouet qui se consomme et qui se jette : connaissez-vous des marques de jouets qui proposent des objets de réparation, des pièces détachées ? À part Lego, Playmobil... ça n'existe pas. Vous cassez votre jouet et vous le mettez à la poubelle", déplore Matthieu Régnier, le fondateur de Dagoma. 

Imprimer le bras d'une Barbie en quelques clics 

Alors concrètement, comment ça marche ? Il suffit d'aller sur le site "Toy Rescue", littéralement "Au secours des jouets". C'est un catalogue : vous cherchez à l'intérieur votre jouet et la pièce qui lui manque. Au total, il y a une centaine de références, qui ont été scannées, modélisées.   

Il faut en revanche avoir de quoi imprimer, et tout le monde n'a pas une imprimante 3D chez soi, d'autant que ça coûte tout de même plusieurs centaines d'euros.

Barbie et cet effrayant Tyrannosaurus Rex réparés grâce à l'impression 3D (évidemment, on peut choisir la couleur adaptée).
Barbie et cet effrayant Tyrannosaurus Rex réparés grâce à l'impression 3D (évidemment, on peut choisir la couleur adaptée). / Dagoma

Si on a tout le matériel : tant mieux, on télécharge le fichier et c'est parti. Si on ne l’a pas, il y a normalement toute une communauté de fans, des possesseurs d'imprimantes près de chez vous, qui peuvent créer la pièce dont vous avez besoin, dans la bonne couleur et en général gratuitement (tout en sachant que l'impression d'un bras ou d'une jambe de Barbie, c'est en général moins d'un euro).

Une fois la pièce imprimée - ça prend parfois plusieurs heures - il suffit de la clipser sur la poupée ou la figurine. Le tour est joué : vous avez redonné le sourire à vos enfants et vous avez au passage évité d’envoyer poupées et figurines directement à la poubelle !  

Le podcast de la semaine : "Travail soigné"

Cette semaine, Net plus ultra vous conseille d'aller écouter un podcast qui parle... boulot ?! N'ayez pas peur, si vous êtes en vacances : ça parle de celui des autres. "Travail Soigné" donne la parole à ceux qui aiment leur métier et qui en parlent bien. Une céramiste, un concierge de palace, un luthier. 

Le dernier épisode s'intéresse à Gloria, danseuse au Crazy Horse à Paris. Des histoires de vies, des coulisses aussi, c'est agréable à écouter et bien réalisé ; "Travail soigné" porte bien son nom et on apprend plein de choses.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.