Il était censé faciliter les interactions entre humains et robots grâce à une allure humanoïde sympathique... mais il n'a jamais su convaincre sa clientèle. Le robot Pepper n'est plus produit par son fabricant, l'entreprise SoftBank, qui compte supprimer des emplois en France.

Pepper avait pour vocation de donner la réplique aux humains, de les guider dans des lieux publics par exemple
Pepper avait pour vocation de donner la réplique aux humains, de les guider dans des lieux publics par exemple © AFP / Daniel Derajinski / Hans Lucas

Le plus mignon des objets connectés va tirer sa révérence dans les prochains mois : il s'agit de Pepper, un robot dit émotionnel conçu pour interagir avec les humains, capable de voir quand il y a du monde autour de lui, de suivre ses interlocuteurs du regard, de capter leurs émotions et de discuter avec eux. On l'a beaucoup vu dans les salons, dans des reportages et même dans des pubs à la télé. 

Pepper est vendu aux entreprises en Europe notamment pour aider à l'accueil des clients dans des magasins ou des lieux publics – et au Japon il est même venu pour les particuliers, pour avoir un copain robotique chez soi. Mais cette semaine l'agence de presse Reuters a révélé que le fabricant du robot, l'entreprise SoftBank, avait décidé de débrancher Pepper. Le robot n'est plus fabriqué depuis plusieurs mois car les ventes ont baissé et les stocks se sont accumulés. 

Depuis sa sortie en 2014, Pepper n'a jamais vraiment trouvé sa véritable place. Certes, c'est une pépite française, conçue par la start-up francilienne Aldebaran, qui a ensuite été rachetée par SoftBank. Certes il est tellement mignon que c'est un peu devenu la mascotte de l'entreprise. Certes en terme de perception des émotions il fait très bien son boulot... Mais la réalité c'est qu'il ne s'en est venu que 27 000 dans le monde entre 2014 et 2021. La raison c'est que quand il s'agit d'avoir des informations plus poussées eh bien cela passe par un écran tactile... résultat, Pepper ne présente pas une vraie valeur ajoutée par rapport, par exemple, à une borne interactive.

Près de la moitié des emplois en France menacés

En revanche, les conséquences économiques n'ont plus rien de mignon. Il ne s'agit pas que de suspendre la fabrication de Pepper, mais plus globalement de réorganiser une partie de l'activité de la firme... en France SoftBank emploie 330 personnes et 40% de ces effectifs sont menacés par un plan social. Au Japon déjà, une partie de l'activité robotique a été déployée sur d'autres branches.

SoftBank assure qu'elle n'abandonne pas les robots, elle vend notamment un robot nettoyeur appelé Whiz... et promet même qu'elle recommencera à produire Pepper si les commandes repartent à la hausse. En attendant, mi-juin les employés français de SoftBank manifestaient devant une agence Pôle Emploi pour protester contre ces suppressions de postes... et quelques exemplaires de Pepper s'étaient joints à la manif.

L'équipe