Dans un billet de blog, Facebook a annoncé cette semaine poursuivre une expérimentation visant à réduire la place de la politique sur le réseau social. Sans pour autant définir ce qu'elle désignait comme "politique".

Facebook veut nettoyer votre fil d'actualités avec moins de contenu politique
Facebook veut nettoyer votre fil d'actualités avec moins de contenu politique © AFP / Xose Bouzas / Hans Lucas

Alors que le monde est pris dans un tourbillon de fake news et qu'en France, on s'engage plein cap vers la présidentielle d'avril prochain, Facebook fait un pas de côté : depuis février dernier, des tests sont menés pour réduire la dose d'articles ou de publications politiques dans le fil d'actualité des utilisateurs. 

L'expérimentation, qui était jusqu'à présent limitée à trois pays (États-Unis, Brésil, Canada) est désormais étendue : la France n'est pas encore concernée, mais plusieurs pays d'Europe, dont l'Espagne, le sont. 

Sait-on quelles publications vont être visibles ? Pas vraiment. L'idée de base pour Facebook, c'est d'ajuster son algorithme pour que vous ne soyez plus inondés de contenus politiques. Le souci, c'est que le réseau social ne définit pas ce que c'est, un contenu politique. Le terme est bien trop vaste selon Florie Marie, porte-parole du Parti pirate : "Ce qu'on peut regretter, c'est une sorte d'aseptisation du réseau social, toujours avec une approche selon laquelle la politique, c'est mal. Je ne sais pas si ce qu'ils appellent "politique" c'est véritablement de la politique, ou si c'est plutôt de la polémique, et où ils vont considérer que tout ce qui est un peu trop polémique doit être effacé du réseau social".

Par ailleurs le réseau social ne vous empêchera pas d'aller chercher des infos politiques. Si vos sphères d'amis et de contacts sont déjà très politisées, le risque c'est que ça ne change pas grand-chose : "Je demande à voir comment ça va se passer dans les bulles complotistes, ou celles d'extrême droite ou d'extrême gauche", note Florie Marie. "Sur Facebook, on est dans une bulle où tous les gens de la même bulle sont d'accord avec vous, vous allez publier une publication qui a beau être complotiste ou négationniste, il n'y aura pas de polémique, tous vos amis seront d'accord". 

La décision de réduire les contenus politiques semble étonnante pour une plateforme qui a joué un rôle politique important : en réalité, depuis des années le réseau social joue sur deux tableaux. D'un côté il promet de favoriser les interactions positives et donc de donner moins de place aux débats politiques... De l'autre on parle de cette même plateforme qui il y a quelques mois a bloqué tous les contenus d'actualité en Australie pour protester contre un projet de loi qu'elle désapprouvait ; un projet qui l'obligeait à rémunérer la presse australienne.   

Au fond, donc, ce projet de réduire la place de la politique, de la part de Facebook, c'est une idée elle-même très politique.

L'équipe