Chloé Delaume vient nous parler de son nouveau roman "Une femme avec personne dedans" et cette semaine, le portrait de roman est le livre de Lise Benincà, "les oiseaux de paradis".

"Une femme avec personne dedans "

Une femme avec personne dedans
Une femme avec personne dedans © Fiction&Cie

L’Apocalypse n’est pas un événement visible, parce qu’elle frappe individuellement. Ainsi, la narratrice se plie à l’ordre de l’Ange annonciateur : Écris donc ce que tu as vu, ce qui est, et ce qui doit arriver ensuite. Elle s’attelle au récit d’une certaine Fin des Temps, celle des valeurs patriarcales et normées, incarnées par le couple hétérosexuel. Modifier le réel est l’unique solution, mais l’usage de la fiction se complique lorsqu’il engendre le suicide au sein de son propre lectorat.

Par-delà son exercice de déconstruction, ce livre est un roman d’amour. Chloé, Igor, la Clef, une femme un homme une femme, quelques possibilités. Tenter des formes de vie alternatives, c’est toujours se heurter à une remise en cause de son identité. Au lecteur de choisir, et peut-être d’inventer ce qui doit arriver ensuite . À l’héroïne, comme à lui-même. Le hasard n’existe pas, alors autant s’organiser.

Chloé Delaume
Chloé Delaume © Fiction&Cie

Chloé Delaume est née en 1973 à Paris. Elle est l'auteur de notamment Le Cri du sablier (Farrago/Léo Scheer, 2001), La Vanité des Somnambules (Farrago/Léo Scheer, 2003), Certainement pas (Verticales, 2004) et Dans ma maison sous terre (Éditions du Seuil, 2009). Elle est actuellement pensionnaire à la Villa Médicis à Rome.

Le Portrait de Roman de la semaine : "Les oiseaux de paradis" de Lise Benincà

Lise Benincà
Lise Benincà © Radio France / Joëlle Losfeld

"Les oiseaux de paradis" de Lise Benincà paru aux éditions Joëlle Losfeld en août 2011.

En voyage professionnel au Brésil, Samuel meurt subitement dans le taxi qui le conduit à l'aéroport où il devait prendre l'avion pour Paris et retrouver sa compagne. À travers le récit de cette dernière, le lecteur est confronté à la poignante épreuve de la perte d'un être cher, depuis le coup de téléphone fortuit qui fait basculer la vie, jusqu'à la lente reconstruction de soi pour redevenir «le plus vivante possible». Ainsi prostrée dans la douleur, comme absente d'elle-même, la narratrice tente, sans démonstration excessive, mais comme une dernière tentative pour cerner l'inacceptable, d'approcher le corps dans sa composition anatomique et organique. Dans une langue d'une bouleversante sobriété, Lise Benincà raconte le retour à l'existence et au sentiment rassurant de faire partie d'un mouvement où les oiseaux partent en hiver et reviennent toujours au printemps.

Lise Benincà , née en 1974 près de Saint-Étienne, vit et travaille à Paris. Elle est l'auteur de Balayer fermer partir , un récit paru en 2008 aux Éditions du Seuil.

Le disque de la nuit : The Ting Tings "Sounds from Nowheresville"

Sounds from nowheresville
Sounds from nowheresville © Columbia

The Ting Tings "Sounds from Nowheresville" paru en février 2012 chez Columbia

Titres diffusés : "Guggenheim", "Silence", "Hit me down Jonny"

Les coups de coeur de la semaine

  • "Des cailloux dans le ventre" de John Bauer paru chez Stock le 2 avril 2012

  • "Le chien de Don Quichotte" de Pia Petersen paru aux éditions La Branche en mars 2012

  • "Saigne pour moi" de Michael Robotham paru chez JC Lattès en mars 2012

  • "La demoiselle des tic-tacs" de Nathalie Hug paru chez Calmann-Lévy en mars 2012

  • "Royale Romance" de François Weyergans paru chez Julliard en mars 2012

  • "Dieu et les religions en 101 questions-réponses" de Odon Vallet paru chez Albin Michel le 2 avril 2012

  • "La polygamie : pourquoi pas ?" de Catherine Ternaux paru chez Grasset en mars 2012

  • "La collection Klederman" de Juliette Benzoni paru chez Plon en mars 2012
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.