Charlotte Delbo.
Charlotte Delbo. © Radio France / Eric Schwab

Cette émission est un hommage à Charlotte Delbo, un hommage à l’écrivain, à la femme hors du commun, un hommage à la résistante.

Prisonnière politique, jeune communiste, Charlotte Delbo a été déportée à Auschwitz en janvier 1943. Elle restera 27 mois en déportation. A son retour elle écrit dans l’urgence, son premier livre, son titre « aucun de nous ne reviendra ». Mais comment en revient-on? Comment revient-on de là-bas?

« Revenir ce n'est pas tout », écrit Charlotte Delbo, « c'est revenir pour se remettre à vivre, à vivre tous les jours, à travailler et à faire des dettes, à faire des économies pour payer ses dettes, à retourner au bureau parce qu'on ne sait pas faire autre chose dans la vie de tous les jours, à chercher un logement parce qu'on ne peut pas vivre autrement, à être à l'heure, parce qu'au travail il faut être à l'heure. De quoi vous plaignez-vous, la vie c'est la vie. De quoi vous rêviez là-bas? De manger à votre faim de dormir à votre sommeil, d'aimer à votre amour. A manger, à dormir, à aimer. Vous l'avez depuis que vous êtes rentrés. L'Histoire c'est fini, soyez heureux comme tout le monde, l'histoire c'est un moment. Maintenant c'est la vie. Et pourquoi donc vouliez-vous revenir? Sortir de l'histoire pour entrer dans la vie essayez donc vous autres et vous verrez. »

« Auschwitz et après. »

Dés son retour, Charlotte Delbo écrit, elle écrit sa trilogie, elle écrit l'Histoire avec un grand H. Elle a porté l'Histoire au langage. Charlotte Delbo n'a jamais cru à l'incommunicabilité de son expérience à Auschwitz. Au contraire elle pensait que les mots servent à communiquer les émotions, les sentiments, les expériences vécues. Elle avait une grande idée du langage. Elle détestait le verbiage, les approximations. Employer le mot juste, pour dire au plus près, c'est ce qu'elle a fait tout sa vie, c'est aussi ce qu'elle exigeait des autres. Charlotte Delbo était un personnage exigeant, exigeant en tout, en mots, en amitié. Directe, franche, abrupte parfois, elle ne laissait rien passer. Elle exigeait tout de la vie. Pas moins. Parce que ce serait trop bête à la fin que tant soient morts et que vous viviez sans rien faire de notre vie.

Charlotte Delbo est un grand écrivain que l’on ne connaît pas assez.


Nous remercions tout partiuclièrement :

Mme Claude Alice Peyrotte présidente de l'association des amis de Charlotte Delbo et productrice de l'émission "Appel à la mémoire" sur France-Culture en le 3 Février 1995 et dont nous avons diffusé des extraits. Cette émission était réalisée par J. J Viernes.

Et, à noter :

Représentations de « Je reviens de la vérité". Une mise en scène d’Agnès Braunschweig à partir de la pièce "Qui rapportera ces paroles" de Charlotte Delbo. Du 29 janvier au 3 février 2013 au Théâtre des Loges, à Pantin.

Les liens

L'association des Amis de Charlotte Delbo - ACD

Calendrier des manifestations pour l'année du centenaire de Charlotte Delbo

La Compagnie Prospero Miranda

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.