Tous les deux mois, Helyett rend visite à sa maman. Elle s’appelle Louise, elle a 91 ans et vit dans une maison de retraite dans le Sud de la France. Comme chaque fois, Helyett part sans savoir comment elle retrouvera sa mère. Comme chaque fois Helyett ne prévient pas de son arrivée, ça ne servirait à rien, Louise a perdu la mémoire immédiate. Comme chaque fois Louise sourira en voyant sa fille arriver, elle se lèvera, elle reprendra vie, une vie de lenteur, de petits riens, de petits bonheurs, toujours les mêmes : il y a aura comme chaque fois, les repas, qu’elles prendront, ensemble, sur une table à part dans le réfectoire. Louise retrouve toujours l’appétit quand sa fille mange avec elle. Et puis il y aura comme chaque fois, la promenade dans le jardin, les escaliers, les canards, Louise donnera à manger aux canards, et puis il y aura comme chaque fois la coiffeuse, Helyett emmène toujours Louise se faire coiffer en ville, et puis elles iront ensemble déposer des fleurs sur la tombe de leur mari et père. Et puis il y aura tout ce que nous ne saurons pas, tout ce qu’elles se disent, Helyett et Louise, tout cet amour, Helyett couvrira sa mère de fleurs, elle la gâtera tant qu’elle pourra, et puis il faudra comme chaque fois repartir, Louise accompagnera Helyett jusqu’à l’ascenseur, elle dira comme à chaque fois, « les bonnes choses ont toujours une fin », jusqu’à la prochaine fois, dans deux mois, quand Helyett reviendra. Ce journal c’est pour qu’Helyett garde en mémoire la voix et la douceur de Louise.

programmation musicale

Ted Barnes

(instrus) album: Underbellylabel: Sketchbook### Jacques Brel

Les vieux ### Peter Von Poehl

Going where the tea trees are label: Tôt ou tard### Cocorosie

Brasilian sun album: Noah's Arklabel: Touch and go

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.