Vik, Islande
Vik, Islande © Reuters / Lucas Jackson

Au coeur de l'Islande. Le chant de la terre.

Cascade, torrent, volcan.

Ce matin là, avec Eric Boury, mon fidèle interprète, nous roulions de langues glacières en langues glacières. Des nappes de brume faisait parfois disparaître le paysage. Le long de la route, de longs pics en bois, balises pour ne pas perdre son chemin quand il neige.

La lande boursouflée, craquelée. Inquiétante. Au coeur de l'Islande, tout au Sud, le village de Vik. Quelques maisons perdues dans la nature. 280 habitants entre océan et volcan.

La mer remuante, bleue violet, la plage de sable noir, les aiguilles de lave, l'herbe jaune, ce matin là l'horizon était mauve. La lumière changeante, brillante.

Vik est le village d'Islande le plus menacé par le volcan Katla. Ce qui menace ici ce n'est pas le feu, ce n'est pas la lave, c'est l'eau, c'est la glace. Parce que Katla est sous un glacier, et quand Katla se réveillera, Vik sera noyé sous les eaux en une heure. Dit comme ça, c'est sûr, il y a de quoi avoir peur, mais ici à Vik c'est le quotidien. Tout le monde est prêt en cas d'éruption, les consignes sont claires et chacun sait ce qu'il doit faire. La question du danger, de la peur, est une question d'étrangère, les femmes et les hommes que j'ai rencontrés à Vik aiment leur volcan, leur glacier, ils aiment regarder quand ça pète, ils se mettent aux fenêtres pour admirer le spectacle de leur nature. Ce paysage est le leur et ils en font partie. Ça je l'ai compris en parlant avec Sorir, un grand homme maigre, un peu mélancolique, avec des mains de géants, tout doux, timide, il n'a pas l'habitude de se mettre en avant, de dire ses sentiments, un vrai protestant. Tout en retenue. Mais en vérité, un passionné de son volcan. Il a grandi bercé par les récits de son père qui a vu la dernière éruption de Katla qui a eu lieu en 1918. Et il ne rêve que d'une chose c'est d'être aux premières loges quand Katla se réveillera la prochaine fois. Et ça ne saurait tarder, puisque Katla connait en moyenne deux éruptions par siècle.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.