Zoé Varier étant toujors souffrante, nous vous proposons d'écouter la rediffusion du deuxième volet de la série consacrée à Eisenhüttensadt, ville fantôme de l’ex-Allemagne de l’Est.Ce programme a été diffusé pour la première fois le 6 novembre 2009. Ce soir encore on est à Eisenhüttenstadt, dans l'ex-Allemagne de l'est. Pour ceux qui n'étaient pas là la semaine dernière, Eisenhüttenstadt a été la ville modèle de la RDA. Elle a été construite à la fin des années 50 à la frontière polonaise, en rase campagne, au milieu de rien. Eisenhüttenstadt a été conçue comme une cite ouvrière socialiste modèle, elle devait attirer de la main d'œuvre pour travailler dans la nouvelle aciérie Eko Stahl, fleuron de la sidérurgie est allemande. Des jeunes sont venus de toute la RDA pour vivre et travailler dans cette ville que l'on voulait idéale. Bernt Pagel est de ceux là. Il est arrivé à 20 ans à Eisenhüttenstadt et il n'en est plus jamais reparti. Il est entré à Eko Stahl à la fin des années 60, comme électricien dans les hauts fourneaux et il y resté jusqu'à la retraite. Une vie d'ouvrier à fondre de l'acier. Aujourd'hui Bernt Pagel ne reconnaît plus sa ville, Eisenhüttenstadt n'a plus rien d'idéal. Après la réunification, la ville a été saignée, l'aciérie a été privatisée, les plans sociaux se sont succédés, et des 1200 ouvriers qui travaillaient avec lui à Eko en 1989, il n'en reste plus que 2 700. Bernt Pagel a vu sa ville décliner. Rapetisser. Depuis la chute du mur 40% de la population est partie vivre à l'ouest. Des quartiers entiers de la ville ont été abandonnés, les immeubles construits pour les ouvriers ont été désertés, Eisenhüttenstadt s'est vidée. Le quartier où Bernt habitait, a été presque complètement rasé, il ne reste plus qu'une carcasse d’immeuble au milieu d'un terrain vague, c'est là que Bernt a vécu toute sa vie d'ouvrier, autour il n'y a plus rien, que la friche et le bruit incessant des marteaux piqueurs qui déchiquètent les restes de béton. Bernt a voulu revoir une dernière fois son ancien appartement avant qu'il ne soit détruit, on s'est abrité du vent derrière un vieux conteneur et on n'a plus bougé, on est resté là, à parler devant son immeuble éventré, on a parlé de sa vie, de l'aciérie, de l'est, des perdants et des gagnants de la réunification, et de ceux qui restent et qui se battent pour que Eisenstein ne meure pas complètement.

> Le site d'Alexis Cordesse### programmation musicale

Gabriel Yared

Linienstrasse album: BO du film "La vie des autres", de Florian Henckel von Donnersmarcklabel: Naïve### Manfred Krug

Wenn du schläfst mein Kind album: Die Rose War Rot: Schlagerchansons Unserer Tagelabel: Amigaparution: 1964### Sandow

Born in DDR ### Automobil / Nina Hagen

Du hast den Farbfilm vergessen label: Amiga### BlutgruppenRecords

Zerstörung parution: 2007### Fanfare Eko Stahl

Extrait du DVD "Spielmannszug EKO Stahl, September 2005" label: VDS Video Design Studio, Einsenhüttenstadt### Murcof

(instrus) album: The leaf labellabel: Utopia### Tortoise

(instrus) album: Beacons of Ancestorshiplabel: Thrill Jockey records

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.