L'ETRANGER

-« Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? Ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère ?

-Je n'ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère.

-Tes amis ?

-Vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.

-Ta patrie ?

-J'ignore sous qu'elle latitude elle est située.

-La beauté ?

-Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.

-L'or ?

-Je le hais comme vous haïssez Dieu.

-Eh ! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?

-J'aime les nuages... les nuages qui passent... là bas... là bas... les merveilleux nuages »

Charles Baudelaire.

__

Nuages
Nuages © Flickrs / Bahman Farzad

Une heure la tête dans les nuages. Le nez au vent. Avec un homme que vous connaissez bien, une voix qui vous est familière, que vous entendez chaque matin sur France-Inter. Une heure la tête dans les nuages avec Joël Collado.

Pourquoi les nuages? Parce que la vie serait d'un tel ennui si le ciel était toujours bleu. Nous serions condamnés à la monotonie du beau temps. Imaginez un peu. Comment vivre sans l'éphémère beauté des nuages ? Sans ces paysages changeants? Joël Collado a le goût des nuages depuis qu'il est enfant. Il les a d'abord regardés d'en bas, il a appris à les observer, à les reconnaître, quand il faisait ses études d'ingénieur météo. L'atlas des nuages en tête, un stylo, une gomme, une prédiction et beaucoup de chance. Il fallait beaucoup de chance à l'époque pour ne pas se tromper. Parce que le grand plaisir de Joël Collado c'est de prévoir, d’anticiper.

Aujourd'hui il observe les nuages, vu d'en haut, de son bureau, grâce aux satellites météo. Et son émerveillement est intact, quand chaque matin, assis devant ses ordinateurs, Joël Collado regarde le jour se lever sur notre planète bleue. Il aime regarder l’atmosphère respirer. Joël Collado peut en parler pendant des heures. Il sait déchiffrer une opacité, les masses d'air qui se font et se défont, il sait la signification des transparences, des voiles qui s'étalent, des formes qui s'évanouissent.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.