desinger tree midi30
desinger tree midi30 © Radio France / midi30

Oran, la belle, la radieuse. Oran est la ville la plus libérale d'Algérie, alcool, cabaret, ici les femmes peuvent s'assoir aux terrasses des cafés, ici les femmes ne sont pas toutes voilées.

Je suis allée à Oran en mai dernier pour donner des cours de radio. Je me suis retrouvée face à 25 jeunes, plein de désir, bavards, avides d'apprendre, curieux d'entendre autre chose, je ne suis pas sûre que la radio les intéressait vraiment, mais ce stage était une occasion de prendre l'air, de parler, de mettre des mots sur ce qu'ils vivent. Et c'est vrai que j'ai été très étonnée dès le premier cours de les entendre parler de leur sexualité et de leur frustration. C'est arrivé sur le tapis, comme ça, sans prévenir, la radio était un prétexte à la nécessité de se dire.

Alors justement parlons-en. Parlons de ce qui obsède les jeunes filles et les jeunes gens algériens. Comment font-ils avec les injonctions de la société, de la religion, des parents, comment font-ils avec leur propre désir ? Lamia, Ibissem et Sara ont suivi mes cours de radio, elles sont pétillantes, rigolotes, pleines d'humour, elles ne mâchent pas leurs mots. Lamia est rousse, Ibissem brune, Sara, elle ne montre pas ses cheveux, elle est voilée, c'est un choix qu'elle a fait et qu'elle assume. Ibissem est celle qui a le plus de liberté, Lamia, elle, ose avec la complicité de sa mère, Sara, elle, est plus réservée. A quoi rêvent Lamia, Ibissem et Sara ? Pour en parler, elles m'ont proposé de m'emmener dans un des cafés d'Oran, où les filles et les garçons peuvent se rencontrer en toute intimité, loin du regard des parents. Un café, où le premier étage est plongé dans la pénombre, avec des fauteuils, des canapés, des écrans de télé, ici on vient pour draguer, pour flirter, pour fumer des cigarettes en cachette, ou pour parler entre copines. Là encore elles m'ont surprise en commençant la discussion par le foot, et l'espoir que leur a donné la qualification de l'équipe d'Algérie, je ne m'attendais pas à ça.

A quoi rêvent les jeunes filles d'Oran?


La place
La place © Radio France

A noter : la sortie, prévue en janvier 2012, de la comédie musicale "La place" de Dahmane Ouzid. Au cœur d’une cité neuve, un terrain non aménagé : "La place". Elle devient source de problèmes (hygiène, incivisme, délinquance, etc.). Les habitants décident d’aménager l’espace : mais pour en faire quoi ?! Les projets sont divers et il n’y a pas consensus. En attendant, une minorité d’affairistes véreux manœuvre pour s’en accaparer, tandis que la majorité silencieuse sombre dans l’indifférence. Les jeunes eux, fuient le quotidien maussade et rêvent de vie meilleure, d’amour, de visa…

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.