drapeau chine
drapeau chine © Radio France

Ce jour là tout avait mal commencé. A l'hôtel un homme s'était installé en face de nos chambres, assis face à la porte qu'il laissait volontairement ouverte, il donnait l'impression de nous surveiller. Ce jour là, en quittant l'hôtel on s'était répété avec Xiaoxing, mon interprète, ce qu'on dirait si on était interrogé.

C'était décidément une mauvaise journée. Ce jour là j'avais rendez-vous avec un jeune cadre de la finance, un jeune homme brillant promis à un bel avenir dans le secteur bancaire. Il n'est jamais venu, retenu par une réunion, je l'ai attendu pendant plus d'une heure et demi dans ce café au rez-de-chaussée d'une tour de verre dans le quartier des finances de Pékin, réplique de la city de new-York. Architecture brillante, siège de banques, siège de grandes entreprises, c'est le quartier des affaires. Ici on prospère.

C'est un autre visage de Pékin, un autre visage de la Chine. Celui de l'argent, du capitalisme sauvage et du libéralisme . Pas de chant révolutionnaire comme la semaine dernière, ici c'est la Chine de demain, conquérante et sûre d'elle, pas de vieux maoïstes nostalgiques, ici on est jeune et on en veut, et Mao est décidemment d'un autre temps. A sa place, des écrans plats aux pieds des ascenseurs qui passent en boucle des publicités pour des produits de luxe.

Tout ça aurait pu tourner au cauchemar, une heure et demi à attendre dans ce décor, s’il n'y avait pas eu dans ce café au rez-de-chaussée de ce building de verre, cette réunion de VRP, une trentaine de vendeurs d'assurance vie, assis autour d'une grande table en train de parler des chiffres de vente.

Imaginez un peu le marché que représente l'assurance vie dans un pays d'un milliard et demi d’habitants en pleine croissance. C'est beaucoup beaucoup beaucoup d'argent.

L'argent.A Pékin tout le monde court après l'argent . Tout le monde veut se faire une place au soleil. Tout le monde veut sa part du gâteau. S'enrichir c'est le maître mot.

Les liens

Shows télé, films et séries chinoises traduits

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.