Pendant 40 ans Jean Clavel n'a jamais parlé de la guerre d’Algérie. Comme tous les hommes de sa génération, il s’est tu. Pendant 40 ans Jean n'a rien dit de ce qu'il a vécu entre 1957 et 1960, dans son entourage on savait seulement qu'il avait refusé de combattre en Algérie, pas plus.

Quand j'ai rencontré Jean, il y a plus de 10 ans, c'était la première fois qu'il parlait. Jean a été un soldat du refus, il n'a pas déserté, il n'a pas quitté la France, il n'a pas manqué à l'appel, au contraire il a répondu à l'appel, il a accepté son incorporation mais il a refusé de porter les armes pour combattre le peuple algérien. Ce refus lui a valu d'être envoyé au bagne de TIMFOUCHI dans le sud Algérien. Son acte était un acte militant. Communiste, engagé contre cette guerre coloniale.

Alors que l'on célèbre les 50 ans des accords d'Evian, j'ai pensé que son témoignage était d'actualité.

lien image dossier algérie
lien image dossier algérie © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.