Zoé Varier étant toujours souffrante, nous ne sommes pas en mesure de diffuser ce soir l'émission prévue. Nous vous proposons donc la rediffusion d'un portrait consacré au Dr Mirghane, médecin de quartier à St Denis.Ce programme a été diffusé pour la première fois le 3 mars 2009. Docteur Mirghane ne parle pas arabe, elle parle français mais elle essaie de comprendre tous ces patients quelques soient leurs langues maternelles. Elle fait des gestes, elle mime les douleurs, elle s'est inventée un sabir fait de tous les mots étrangers qu'elle a appris au fur et à mesure de ses consultations. Et ça marche. Elle réussit à se faire entendre. Docteur Mirghane est médecin de quartier, elle a repris un cabinet à deux pas de la cité des Francmoisins à Saint Denis. Elle a décidé de s'installer là, alors que la plupart des médecins désertent cette ville de la banlieue Nord de Paris. Elle a réfléchi longtemps avant de se décider, elle a pesé le pour et le contre, et elle a choisi d'exercer ici la médecine générale, parce que ici à Saint Denis, soigner prend tout son sens. Et mêmes si ses journées sont harassantes, même si la salle d'attente ne désemplit pas, même si nombre de consultations sont et resteront impayées, Docteur Mirghane ne regrette rien de son choix. C'est comme ça qu'elle conçoit sa médecine. Mais c'est vrai que sans le soutien de ses collègues de quartier, de son mari, de sa maman, et de son remplaçant, elle n'aurait jamais tenu le coup, ni physiquement, ni moralement. Parce que c'est lourd d'être médecin à deux pas des Francmoisins à Saint Denis. Parce qu'ici la santé est souvent considérée comme un luxe, on vient chez le médecin au dernier moment, on ne fait pas les examens prescrits parce qu'on n'a pas de revenus suffisants pour se payer une mutuelle. Envers et contre tout Docteur Mirghane soigne, elle ne refuse jamais un malade, bénéficiaires de l'AME, ou de la CMU, peu lui importe. Elle soigne. La question du paiement de la consultation passe toujours après. Parce que si elle ne le faisait pas qui le ferait?Des nouvelles de l'école Sakabi B, à Bobo Dioulasso. Les nouvelles sont bonnes! Les enfants mangent tous les jours. Grace aux fonds récoltés après l'émission, (plus de 5000 euros!) les bancs de l'école, le forage ont été réparés, une latrine constuite, un hangar pour la cantine (pour que les femme soient à l'abri du soleil), un âne, des tuyaux d'irrigation achetés, 6 jeunes filles scolarisés en collège aidées, deux réservoirs d'eau devant les classes pour boire et se laver les mains, la maintenance de la motopompe et du moulin effectuée... Eric, le directeur, prévoit de ne cultiver que du maïs et du haricot pour pouvoir nourrir les enfants presque toute l'année scolaire. Voilà, merci encore à vous, qui avez permis toutes ces réalisations.

programmation musicale

Melissa Laveaux

Needle in the hay album: Camphor and copperlabel: No format### Anne-Sophie Schmidt / Erik Satie

Chez le docteur label: Mandala### Djazia Satour

Klami album: Klamilabel: Musicast### Bugge Wesseltoft

(instrus) album: IMlabel: Jazzland### Emilie Simon / Purcell

Remember me label: Naïve

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.