[scald=39395:sdl_editor_representation]Le monde est à refaire. Le parti pris de la vie est un parti pris politique. Nous ne voulons pas d’un monde où la garantie de ne pas mourir de faim s’échange contre le risque de mourir d’ennui. La survie est une vie au ralenti. L’homme de la survie, c’est l’homme émietté dans les mécanismes du pouvoir hiérarchisé. Il ne se passe pas un instant sans que chacun de nous ne vive contradictoirement et à tous les degrés de la réalité, le conflit de l’oppression et de la liberté. L’obligation de produire aliène la passion de créer. Le travail productif relève des procédés de maintien de l’ordre. Que reste-t-il d’étincelle humaine, c'est-à-dire de créativité possible, chez un être tiré du sommeil à six heure chaque matin, cahoté dans les trains de banlieue, assourdi par le fracas des machines, lessivé par les cadences, les gestes privés de sens, le contrôle statistique, et rejeté vers la fin du jour dans les halls de gares, cathédrales de départ vers l’enfer des semaines et l’infime paradis des week-ends ? De l’adolescence à l’âge de la retraite, les cycles de vingt-quatre heures font succéder leur uniforme émiettement de vitre brisée : fêlure du rythme figé, fêlure du temps qui est de l’argent, fêlure de la soumission aux chefs, fêlure de l’ennui, fêlure de la fatigue. Jamais une civilisation n’atteignit à un tel mépris de la vie, jamais une génération n’éprouva à ce point le goût enragé de vivre. Mais ceux qu’on assassine lentement dans les abattoirs mécanisés du travail, les voici qui discutent, chantent, boivent, dansent, baisent, tiennent la rue, prennent les armes, inventent une poésie nouvelle. Le traité de savoir vivre entre dans un courant d’agitation dont on n’a pas fini d’entendre parler. Ce qu’il expose est une simple contribution parmi d’autre à la réédification du mouvement révolutionnaire international. Son importance ne devrait échapper à personne, car personne avec le temps, n’échappera à ses conclusions. Pour un monde de jouissance à gagner, nous n’avons à perdre que l’ennui ! Cet extrait du Traité de Savoir Vivre à l’Usage des Jeunes Générations écrit par Raoul Vaneghem et publié en 1967, c’est un avant goût pour vous mettre dans le bain, bien que dans le bain vous y êtes déjà jusqu’au cou depuis ce matin avec cette journée spéciale anniversaire de Mai 68 sur France-Inter. Mais personne n’y a coupé et nous non plus. Alors jusqu’à 21h, on vous a concocté une émission faite d’archives, de témoignages, de manif, de pavé, d’émotion et de rage.### programmation musicale

Pierre Degueyter - Eugène Pottier

L'internationale album: L'internationale, les chants de la révolution vol 1label: Mémoire### Evariste

La révolution ### Katerine

L'été 68 album: Avec Léolabel: Barclay### Dominique Grange

Greve illimitée album: L'utopie toujourslabel: Edito### Biosphere

(instrus) album: Cirquelabel: Touch to:46### Remembrana

(instrus) album: Murcoflabel: The leaf label

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.