Ils sont trois policiers, et ils ont décidé de parler. De parler de ce qu’ils vivent au sein de la police nationale. Et pourtant ils en ont rêvé de faire ce métier. D’aider leur prochain, de protéger la veuve et l’ophelin. Naïf ? Peut-être. Pas sûr. En tout cas, ils étaient fiers le jour de leur admission à l’école de police, honorés le jour de la remise de leur carte de policier. Ils étaient de jeunes hommes, des bleus, quand ils ont reçu leur première affectation en banlieue parisienne, ils n’étaient pas préparés. Pas préparés du tout à ça. Ils ne savaient même pas à quoi ressemblait une cité, un grand ensemble, ils n’en avaient jamais vus. Pour eux ça a été un choc. Et la violence à laquelle ils n’étaient pas préparés. Et puis ils ont découvert la misère policière. La police nationale manque de tout. D’hommes, de voitures, de gilets pare balle, de lampes, de radios, de papiers, de stylos. Rien à voir avec les rêves de gamins, de veuve et d’orphelin, fini l’honneur, la fierté, ils se sont demandés où ils étaient tombés. Ils se sont vus devenir des gratte-papiers, bons à faire du chiffre, et à se faire gueuler dessus. Un jour, des contraventions, le lendemain, des étrangers en situation irrégulière et ça sur réquisition du procureur de la République. Ils se sont vus instrumentalisés à des fins politiques et électorales. Ils se sont vus participer contre leur gré à la construction d’une image médiatique. Ils sont trois policiers, ils sont jeunes, et ils ont décidé de parler, parce qu’ils n’acceptent plus ce qu’ils vivent dans la police nationale. Leurs voix ont été masquées pour préserver leur anonymat.

programmation musicale

Les Frêres Jacques

La gavotte des bâtons blancs ### Transbeauce

(instrus) album: Holyheadlabel: La grange à disques### Bombes 2 bal

La voiture album: Danse avec ta grand mèrelabel: Tôt ou tard

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.