Des gendarmes et les pauvres du 13 ème arrondissement, c’est vrai, c’étaient eux les premiers habitants de la Grande Borne à Grigny. Aujourd’hui je ne suis pas sûre qu’il reste beaucoup de gendarmes dans la cité, mais les pauvres eux sont toujours là. A la grande Borne le taux de chômage est de 20%, c'est-à-dire presque 3 fois plus que dans le reste de la France et le revenu annuel moyen est de 9 000 euros, c'est-à-dire deux fois moins que dans la moyenne nationale. Alors la vie ici, c’est pas vraiment la vie, c’est les Assedics quand on en a encore, les allocations, les aides en tout genre, et surtout c’est le système D, l’arme du pauvre. Parce qu’il faut bien vivre. Faire avec. Se débrouiller avec ce qu’il reste. Ici à la Grande Borne, c’est moins chère la vie. On compare les prix. Reine-Claude et Sylviane sont devenues des vraies pros du repérage dans les magasins. Internet, pour dénicher les bonnes affaires, Reine-Claude parfois y passe la nuit. La règle c’est diviser les achats et multiplier les magasins. Une vie à la recherche de la promo, des offres spéciales, des achats en gros. Une vie la calculette dans la tête. Moins chère la vie, encore moins chère à Grigny. Une vie à guetter les remises, les dâtes de péremption, et là acheter, surtout ne pas manquer l’occasion, acheter même si c’est trop, acheter même si on en a pas besoin, mais consommer, consommer moins cher, c’est ça la vie à Grigny. Et puis congeler. Tout congeler. Pas chère la vie. Moins chère la vie dans la cité de la Grande Borne à Grigny. Mais pas sûre que ce soit une vie. Reine-Claude est une enfant de la cité, elle a toujours vécu là, sa mère Sylviane a été une des premières locataires. Sur la Grande Borne, sur les trafics, la came, la violence, elles savent tout, ici elles connaissent tout le monde, les petits vieux qui jouent aux cartes, les dealers, les guetteurs, les voisines avec qui l’on partage les courses, elles ne sont ni dans l’angélisme, ni dans le catastrophisme, elles vivent là, et même si leur quartier manque de tout, elles l’aiment bien leur petite Grande Borne. Un grand merci à Marine Chanel pour son article "Pouvoir d'achat, la banlieue en promo", paru dans Charlie Hebdo le 19 mars dernier

programmation musicale

Camille

Money Note album: Music Holelabel: Virgin### Les calamités

Le supermarché album: C'est completlabel: Last Call Records### Tété

La relance album: Le sacre des Lemmings, et autres contes de la Lisière label: Sony BMG### Smooth one

(instrus) album: Industrial welfarelabel: Anticraft### Mobiil

Est-ce qu'un jour on les aura ? album: Fondre sur les hyèneslabel: Idwet

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.