Soro Solo
Soro Solo © Radio France

Soro Solo, on l'appelait « radio » quand il était petit.Soro Solo a grandi en Côte d'Ivoire, l'oreille collée au poste. C'est comme ça que tout a commencé. C'était du temps de Houphouët-Boigny. Enfant, Solo passait des heures à écouter, fasciné, la toute nouvelle radio que son père venait d'acheter. Aujourd'hui encore Solo se souvient de tout, des émissions, des jeux, des publicités qu'il entendait. Sa grand-mère, écoutait à côté de lui, sans comprendre d’où pouvaient venir ces voix, elle pensait que c'étaient des sorciers qui parlaient. Ca ne pouvait être que des sorciers, puisqu'ils ne s'arrêtaient jamais, même pas pour faire pipi.Plus grand, Soro Solo a rêvé du jour où lui aussi aurait la puissance et la force des sorciers, Solo rêvait de faire de la radio. Mais jamais il n'aurait imaginé qu'un jour, il ferait de la radio en France, à Paris, juste en face de la Tour Eiffel, jamais enfant, Solo aurait osé imaginer si grand. D'Abidjan à Paris, c'est une longue histoire, une histoire de radio, une histoire politique, une histoire d'Afrique, c'est l'histoire d'une vie, d'un homme intègre, qui a dû fuir son pays en 2003 parce qu'il était menacé de mort et qui ne peut plus y retourner.C'est l'histoire de Soro Solo, réfugié politique, grand homme de radio, que vous avez la chance d'entendre tous les dimanches sur cette antenne avec Vladimir Cagnolari dans l'Afrique Enchantée ».

Les liens

L'Afrique enchantée

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.