[scald=39393:sdl_editor_representation]Ils étaient 150 000. Jeunes, insouciants, heureux de participer à la grande aventure de la bombe atomique, fiers de contribuer à la grandeur de la France. Entre 1960 et 1996, 150 000 personnes ont participé aux expériences nucléaires françaises en Algérie d’abord, puis en Polynésie. Ils étaient 150 000. Appelés du contingent, engagés, militaires de carrière ou civils. Ils étaient naïfs, ils avaient confiance dans la science, confiance dans la France, ils ont cru ce qu’on leur a dit. Que les essais nucléaires étaient propres, qu’ils ne courraient aucun danger. Ils étaient 150 000, ils étaient désinformés. Pierre Leroy est de ceux là. De ceux qu’on appelle aujourd’hui les irradiés de la République. Appelé en 1962, il a été envoyé en Algérie, sur une base secrète dans le Sahara. C’était le centre d’expérimentation militaire des Oasis. A son arrivée, Pierre Leroy ne savait même pas que c’était là que la France faisait ses premiers essais nucléaires. Il assistera à un seul tir, celui du 1er Mai 1962, en fait il assistera à un accident nucléaire, l’accident de Berryl. Il aura fallu près de quarante ans à Pierre Leroy, pour revenir sur cet accident, et s’interroger sur ses conséquences. 40 ans pour enfin dire sa colère et demander des comptes à l’état français. Pierre Leroy est membre de l’AVEN, l’association des vétérans des essais nucléaires. La semaine dernière, les vétérans étaient reçus au ministère de la Défense. Mr Leroy avait mis beaucoup d’espoir dans cette rencontre. Le ministre ne s’est même pas déplacé. ### programmation musicale

Biosphere

(instrus) album: Deathprodlabel: RCD### liens

Association des vétérans des essais nucléaires

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.