Elfe by Archibald Tuttle
Elfe by Archibald Tuttle © Radio France

Imaginez un pays en perpétuelle transformation à la jonction de plaques tectoniques qui s'écartent de deux centimètres par an. Imaginez une terre qui tremble, un magma bouillonnant. En Islande, la puissance de la nature est telle, que depuis la nuit des temps des gens disparaissent dans le paysage sans qu'on ne retrouve jamais leur trace. Menaçante, inquiétante, le secret de l'Islande est dans sa nature. Et c'est peut-être pour négocier avec cette brutalité que les Vikings ont peuplé cette terre de créatures fantastiques. En Islande le paysage est habité.

Nuages, brumes, brouillards, le paysage est changeant, la réalité mouvante, fluctuante et soudain un tas de rochers prend forme humaine. En Islande la frontière entre le monde visible et le monde invisible est poreuse, on est jamais sûr de ce que l'on voit. Le monde est flou. Chuchotements, frottements inexpliqués, tous les Islandais le savent, il ne faut pas contrarier les elfes qui vivent sous les rochers. Contes et légendes pensez-vous et vous vous trompez. 54% des islandais croient aux elfes. C’est comme ça, c'est une autre façon d'être au monde.

Magnus, lui, est l'ami des elfes. C'est comme ça qu'ils l'ont appelé et c'est un beau cadeau parce que les elfes sont devenus de plus en plus méfiants vis à vis des humains. Trop de destruction, trop de pollution, les elfes ont peur mais ils ont reconnu Magnus comme l'un des leurs. Magnus est un géant de deux mètres de haut, un ogre, jovial et bavard, qui adore raconter des histoires. Passionné par le monde invisible, il vient de passer 30 ans de sa vie à interroger des centaines de personnes qui ont vu ou parlé avec des elfes ou d'autres créatures. La moitié d'une existence à travailler sur le monde invisible, tout ça à cause de sa grand-mère qui lui racontait des histoires d'elfes.

Cette émission a déjà été diffusée le 9/12/2011


Un grand merci à Icelandair... et à Eric Boury pour ses traductions.

Les liens

Traductions de littérature islandaise

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.