Tête de singede l'ancien palais d'été par Peter17
Tête de singede l'ancien palais d'été par Peter17 © Radio France / Peter17

Bien sûr, je ne m'attendais pas du tout à ça, en me promenant ce matin là avec Yuxin dans le parc Yuanming Yuan, le parc de l'ancien palais d'été à Pékin. Comment aurais-je pu me douter que la seconde guerre de l'opium qui a eu lieu au milieu du 19éme siècle, que cette défaite soit encore une blessure dans le coeur des Chinois ? Impensable pour l'occidentale que je suis. Yuxin, lui, ne m'avait pas emmenée là par hasard, même si cette histoire a été utilisée à des fins de propagande par le pouvoir, pour Yuxin comme pour la plupart des Chinois, la guerre de l'opium c'est un passé qui ne passe pas.

Pourtant la première fois que je l’avais rencontré, nous avions beaucoup ri, Yuxin est cinéaste et scénariste, il m'avait raconté des histoires, des fables qui en disent long sur ce pays, sur les bouleversements de ces dernières années et les changements de mentalité. Yuxin est un très bon observateur de la société chinoise. Il ne manque pas d'humour et on rit souvent jaune en l'écoutant. Bavard, il ne mâche pas ses mots, il parle librement, il n'a pas peur, il est comme tous ces Chinois qui revendiquent de plus en plus leur droit ; branché sur internet, il participe aux débats sur la toile, il est un citoyen de cette nouvelle cyber-société civile. Et Yuxin n'est pas dupe, il ne croit plus depuis longtemps aux beaux discours du pouvoir.

Quand je lui ai dit que j'aimerais que nous nous rencontrions une nouvelle fois, il m'a proposé de m'emmener dans ce parc de l'ancien palais d'été : joyaux de l'empire chinois, pillé saccagé par les troupes franco-britanniques pendant la seconde guerre de l'opium.

Pourquoi m' a -t-il emmené là ? Par patriotisme c'est sûr. Mais aussi parce que le palais d’été raconte lui aussi une fable, celle de notre conception de l'histoire, de notre mémoire, et celle de la place de la Chine aujourd'hui.

Les liens

La lettre de Victor Hugo au capitaine Butler

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.