Soro Solo
Soro Solo © Radio France

C'est l'histoire de Solo Soro, l'enfant qui rêvait d'avoir la force et la puissance des sorciers.Solo, on l'appelait "radio" quand il était petit. Solo a grandi en Côte d'Ivoire, l'oreille collée au poste. C'est comme ça que tout a commencé. Solo passait des heures à écouter, fasciné, la toute nouvelle radio que son père venait d'acheter. Sa grand-mère s'asseyait à côté de lui, sans comprendre, elle croyait que c'étaient des voix de sorciers qui parlaient.Plus grand, Solo a rêvé du jour où lui aussi aurait la puissance et la force des sorciers. Mais quel chemin prendre pour y arriver ?Solo rêvait de faire de la radio mais il a dû attendre plusieurs années avant que le directeur de la radio nationale ivoirienne l’autorise à réaliser une grande émission. En 1989, Solo commence sa chronique du « grognon ». Le grognon c'était Solo, dans ses papiers il dénonçait les dérives des services publics ivoiriens. Très vite, le grognon est devenue l'émission de radio la plus écoutée de Côte d'Ivoire, le grognon a provoqué la mise à pieds d'hommes puissants au sommet de l'état, il a remis en cause l'armée, la police et la gendarmerie, le grognon a fait libérer des prisonniers innocents, on dit que même le président Houphouët-Boigny écoutait le grognon.Solo est devenu une star de la radio, un prince doté du pouvoir et de la puissance des sorciers, plusieurs fois primé meilleur journaliste de Côte d'Ivoire. Et puis les choses se sont compliquées, Houphouët-Boigny est mort, Solo a été tour à tour aimé ou détesté par le pouvoir, jusqu'au début de la guerre civile en 2002, où il a été interdit d'antenne. Menacé de mort, Solo a fui son pays, il s'est réfugié à Paris.D' Abidjan à Paris, c'est une longue histoire, une histoire de radio, une histoire politique, c'est l'histoire de Soro Solo, que vous avez la chance d'entendre tous les dimanches sur cette antenne avec Vladimir Cagnolari, dans « l'Afrique Enchantée ».

Les liens

L'Afrique enchantée

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.