Islande
Islande © Andreas Tille©Wikimedia commons

Debout sur la nuit du monde.

Entre ciel et terre, la mer, changeante, noire comme la pierre de lave, ou verte comme la mousse qui pousse.

Debout sur la nuit du monde.

Entre ciel et terre, la poésie, les mots, qui nous consolent et nous aident à vivre.

Ce jour là, j'étais au bout du monde, là où la terre s'arrête, un autre Finistère, j'étais au phare de Reykjanes à 50 kilomètres de Reykjavik. Avec moi, debout sur la nuit du monde, face à la mer, dans le vent glacé, Jon Kalman Stefansson, un des plus grands écrivains islandais, un grand poète et à ses côtés son traducteur fidèle Eric Boury.

« Entre ciel et terre » c'est le titre d'un de ses romans, une histoire de pêcheurs à la morue, une histoire de marin perdu, épris de poésie, hanté par le paradis perdu de John Milton qui en oublie sa vareuse et meurt de froid.

J'avais demandé à Jon Kalman de choisir un lieu où m'emmener pour me parler du paysage de l'Islande, de la nature, de son mystère, de cette terre impossible, qui fume, gronde, jaillit, tremble, de cette beauté dure et violente, il me semblait que seul un poète pourrait mettre les mots.

Entre ciel et terre, ce soir, une heure lente, loin du grésillement du quotidien, loin de la crise, une heure face à la mer, dans le vent, au bout du monde, sur un champ de lave avec le poète Jon Kalman Stefansson.


Toutes les traductions de notre série sur l'Islande sont assurées par Eric Boury, traducteur de Jon Kalman Stefansson et d'Arnaldur Indridason.

Les liens

Le blog d'Eric Boury

Editions Métailié

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.