Descente vers le vieil Oran juillet 2009.jpg
Descente vers le vieil Oran juillet 2009.jpg © Radio France / Belhorizon

Une heure, accoudés, à regarder la Méditerranée.

Oran ce soir ne tournera pas le dos à la mer, contrairement à ce qu'en disait Albert Camus. Oran, la belle, la radieuse, la nostalgique. Oran, abandonnée, délaissée, Oran et ses rues défoncées, ses murs lépreux, qui s'effritent, se délitent et pourtant Oran m'a ravie.

J'y suis allée en Mai dernier invitée par le centre culturel français pour y donner des cours de radio. Je pensais avoir quelques élèves, une dizaine, tout au plus, je m'étais trompée, en fait à mon premier cours; ils étaient vingt-cinq, des jeunes filles, des jeunes hommes, assis ensemble, les uns à côté des autres, ils ont entre 20 et 25 ans, ils sont gais, vivants, plein de désir, d'envies, bavards, avides d'apprendre, curieux d'entendre autre chose, je ne suis pas sûre qu'ils étaient tous intéressés par la radio, mais ce stage était aussi une occasion de parler, de se dire, de mettre des mots sur ce qu'ils vivent, une occasion de prendre l'air, d'ouvrir les fenêtres et de respirer.

Ça manque d'air à Oran et la mer n'y change rien. Mes élèves avaient besoin d'horizons avant tout.

C'est avec eux et à travers leur regard que j'ai découvert la ville. J'ai commencé avec l'association « Bel Horizon », plusieurs de mes élèves en faisaient partie, alors j'ai été me balader avec eux. « Bel Horizon » travaille depuis plusieurs années à sauvegarder et à préserver le patrimoine d'Oran et la mémoire de la ville. Ils organisent des visites pour que les habitants d'Oran découvrent et apprennent à connaître leur ville. Pendant des années, l'espace public était un espace de non-droit, de danger, de terrorisme armé pendant les années noires, de petite délinquance après. Les Oranais ont déserté les rues, les parcs, ils ont vécu enfermés chez eux. L'association « Bel Horizon » cherche justement à ce que les habitants d'Oran se ré-approprient l'espace public, qu'ils habitent à nouveau leur ville, pour qu'Oran renaisse, revive et retrouve sa joie et sa beauté depuis longtemps confisquées.

Jusqu'à 21h, quelques photos d'Oran, en compagnie des jeunes guides de « Bel Horizon » et de Kouider et Abdel, les vieux, fondateurs, président et trésorier de l'association.

Les liens

Le site de l'Association Bel Horizon

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.