Ce samedi, on décortique les détails du plan de relance dévoilé par le gouvernement. Que retenir des mesures annoncées ? Les solutions sont-elles à la hauteur des enjeux ? Débat, reportage et entretien avec un grand patron de l'industrie du médicament, Olivier Bogillot, le président de Sanofi France.

Le président de Sanofi, Olivier Bogillot, à Paris en mai.
Le président de Sanofi, Olivier Bogillot, à Paris en mai. © AFP / Joël Saget

L'entretien

Dans le cadre du plan de relance annoncé le 3 septembre par le gouvernement, les relocalisations stratégiques figurent en bonne place. L'idée est d'encourager à rapatrier sur le sol français la production de filières clés, comme la santé ou l'alimentaire. L'industrie du médicament est concernée au premier chef.

Pour en parler ce samedi, Alexandra Bensaid accueille Olivier Bogillot, le président de Sanofi France, laboratoire qui travaille sur le vaccin contre le Covid-19 et qui a commencé cette semaine les premiers tests sur des hommes pour s'assurer de son efficacité.

Le débat

1 min

Que retenir du plan de relance ?

Par Juliette Goux & Valentin Pérez

Le Premier ministre Jean Castex et certains de ses ministres ont détaillé, le 3 septembre, les mesures de France Relance, le plan à hauteur de 100 milliards d'euros destiné à faire rebondir l'économie française.

Scindé en trois axes, il s'articule autour du climat et de la biodiversité, du réarmement de l'industrie française et de la cohésion sociale et territoriale. Parmi les mesures fortes à retenir : la rénovation énergétique des bâtiments, la baisse des impôts de production, des efforts de relocalisation, le maintien de l'activité partielle ou des aides à la formation des jeunes et aux apprentis.

Mais que retenir de ces annonces ? Le plan est-il trop tourné vers les entreprises, comme certains le disent ? Les solutions proposées par le gouvernement sont-elles à la hauteur des enjeux ? Laurent Bigorgne, directeur de l'Institut Montaigne et Christian Chavagneux, éditorialiste au magazine Alternatives Economiques, ouvrent le débat.

Le reportage

Selon les derniers chiffres de la Banque de France, publiés le 4 septembre, les Français ont épargné depuis mars plus de 85 milliards d'euros dans leurs comptes en banque. Le chiffre monte même jusqu'à 107,5 milliards d'euros si on y ajoute l'épargne en espèces. Le confinement mais aussi une grande prudence à cause des incertitudes sur l'avenir expliquent ce mouvement. Mais qui détient cette manne et où est-elle passée ?

Pour que l'économie redécolle, il faudrait que les Français consomment à nouveau. Alors comment aller chercher cette épargne cruciale qui pourrait se transformer en consommation ? Le gouvernement y réfléchit mais aussi les acteurs économiques, les entreprises, les marques...

Claire Chaudière nous raconte ce phénomène dans son reportage.

Ça se passe là-bas

La relance est le mot de la semaine en France. Et ailleurs ? Les gouvernements de nos pays voisins ont-ils les mêmes outils et les mêmes objectifs ?

En Allemagne, un plan de relance a été dégainé dès le mois de juin avec des recettes visant surtout à stimuler la demande, tandis qu'en Italie, un plan est attendu pour octobre mais son contenu n'est pas encore fixé et le débat fait rage pour en définir les mesures...

Tour d'horizon avec Ludovic Piedtenu, correspondant de France Inter à Berlin, et Bruce de Galzain, correspondant de France Inter à Rome.

Ma vie au boulot

Pouvoir reprendre sa propre entreprise qui a fait faillite, n’est-ce pas donner une prime aux mauvais gestionnaires ? C’est la question  posée cette semaine à Sandrine Foulon par Clément qui redoute que beaucoup de dirigeants choisissent le redressement judiciaire pour bénéficier de cet effet d’aubaine.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.